Renault contrainte de brader Nissan pour du cash ?

En difficulté financière, Renault arrive dans une tempête. Les prochains mois s’annoncent compliqués pour le groupe automobile français. De fait, il pourrait revendre une partie de ses parts dans Nissan.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Cédric Bonnefoy Modifié le 12 février 2024 à 16h33
renault-vente-nissan-2024
2 MILLIARDS d’€Après l’abandon de l’introduction en bourse d’Ampère, Renault a renoncé à 2 milliards d’euros.

Renault dans le dur

Renault se trouve à un tournant décisif. Après l'abandon de l'introduction en bourse d'Ampère, sa branche dédiée aux véhicules électriques, la firme se voit contrainte de repenser ses stratégies de financement. Avec des résultats financiers qualifiés d’historiques en 2023, le constructeur semble confiant dans sa capacité à générer le cash nécessaire pour les dix-huit prochains mois. Cependant, l'horizon 2025 marque une échéance critique. Sans les 2 milliards d'euros espérés de la Bourse et la contribution de partenaires comme Qualcomm, Renault doit envisager des alternatives, notamment en se tournant vers son allié de longue date, Nissan.

La situation chez Renault illustre un défi majeur : financer l'innovation dans un secteur en pleine mutation sans compromettre ses actifs stratégiques. La vente potentielle de parts dans Nissan, envisagée comme une bouée de sauvetage financière, soulève des questions sur l'avenir de l'alliance franco-japonaise. Renault a déjà liquidé une portion de sa participation dans Nissan pour une somme inférieure à ce qui était attendu. Cette stratégie de financement se présente comme un double tranchant, risquant de miner la valeur de ses actifs et de fragiliser davantage sa position.

De multiples enjeux dans le futur

Le défi pour Renault ne se limite pas à ses besoins immédiats de financement. La transition vers l'électrique représente un pari osé pour le constructeur, avec l'ambition de rendre Ampère auto-suffisante d'ici fin 2025. Toutefois, la concurrence s'intensifie, notamment avec l'arrivée de constructeurs chinois tels que BYD et MG sur le marché européen. Renault mise gros sur des modèles électriques prometteurs comme le Scénic E-Tech et la très attendue R5 électrique. Pourtant, la baisse de prix de la Mégane E-Tech soulève des questions quant à la capacité de Renault à rivaliser sur ce marché. L'année en cours s'annonce cruciale pour le groupe et son directeur général, Luca de Meo.

Face à des enjeux financiers pressants et un marché de l'électrique en pleine ébullition, Renault doit démontrer sa capacité à s'adapter et à innover. La réussite ou l'échec de ses stratégies électriques pourrait non seulement déterminer l'avenir de l'entreprise mais aussi influencer profondément l'équilibre et la dynamique de son alliance avec Nissan.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Cédric Bonnefoy est journaliste en local à la radio. À côté, il collabore depuis 2022 avec Économie Matin.

Suivez-nous sur Google News Economie Matin - Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités.

Aucun commentaire à «Renault contrainte de brader Nissan pour du cash ?»

Laisser un commentaire

* Champs requis