SNCF : un « bouclier tarifaire » sur le prix des billets ?

La SNCF est le premier consommateur d’électricité en France… et l’entreprise craint fortement la hausse des prix de l’énergie. Une augmentation qui devrait lui coûter très cher dès 2023 et qu’elle ne pourra pas absorber intégralement.

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 29 novembre 2022 à 9h21
Sncf Prix Billet 2023 Bouclier Tarifaire
1,7 MILLIARD €La SNCF prévoirt une facture d'électricité en hausse de 1,7 milliard d'euros en 2023.

Son PDG, Jean-Pierre Farandou, avait donc annoncé en septembre 2022 une hausse des tarifs à venir, que ce soit pour les grandes lignes ou les TER. Mais le gouvernement ne l’entend pas de cette oreille.

Limiter l’augmentation des prix des billets SNCF

La facture s’annonce salée pour la SNCF, qui doit de plus composer avec la volonté du gouvernement voulant des comptes dans le vert dès 2024 : l’électricité pourrait lui coûter environ 1,7 milliard d’euros dès 2023. Une hausse qui s’explique par une donnée simple : le groupe consomme près de 2% de l’ensemble de l’électricité de France. Or, cette dernière est plus chère à cause du mécanisme européen qui l’indexe sur le prix du gaz. Le gaz a vu son tarif exploser en 2022, l’électricité a suivi…

Forcément, ce devraient être les voyageurs qui vont payer. Les prix des billets va augmenter en 2023, que ce soit pour les grandes lignes ou pour les TER. Dans ce dernier cas, étant financés par les régions, la hausse pourrait conduire à un arrêt de certaines lignes. Une annonce vue d’un mauvais œil à l’heure de la transition écologique et des risques pour le climat. Supprimer des lignes de TER reviendrait à contraindre les Français de prendre encore plus la voiture.

Le « bouclier tarifaire » pour les billets de train ?

Invité du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro, dimanche 6 novembre 2022, Clément Beaune, ministre des Transports, a décidé de demander un effort au transporteur. Il ne veut pas que l’augmentation des prix des billets de train soit celle annoncée par Jean-Pierre Farandou, soit 10% en 2023. Une augmentation de prix qui dépasserait alors l’inflation en France.

Clément Beaune réclame donc de la SNCF « que l’augmentation des billets soit en tout cas inférieure à l’inflation ». Mais ce n’est pas tout : jeunes, ménages modestes, trains du quotidien doivent être « protégés ». En somme, de travailler en matière de prix des billets sur un bouclier tarifaire.

Le ministre ne donne toutefois pas de détails. Et ses propos laissent entendre que l’augmentation des prix aura bien lieu en 2023. Au mieux, elle sera inférieure à celle annoncée par Jean-Pierre Farandou. Car la SNCF devra forcément compenser la hausse des prix de l’énergie : elle n'a pu conserver des tarifs relativement peu changés en 2022 uniquement grâce aux contrats énergétiques déjà négociés.

La forte hausse des tarifs des péages confirmée

Autre sujet qui inquiète le ministre des Transports : l’augmentation des prix des péages, dont les discussions sont en cours. Elle sera « importante », confirme-t-il, et notamment supérieure à 2%, le taux d’augmentation de 2022.

S’il n’a pas donné de chiffre exact dimanche 6 novembre 2022, il prépare les esprits à une explosion des tarifs des péages autoroutiers. La hausse attendue devrait être comprise entre 2% et 8%, donc aux alentours de 5% selon les concessions.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Aucun commentaire à «SNCF : un « bouclier tarifaire » sur le prix des billets ?»

Laisser un commentaire

* Champs requis