UKRAINE, une guerre horrible, idéologique pour l’honneur jusqu’au boutiste?

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Daniel Moinier Modifié le 24 janvier 2023 à 9h55
Ukraine Poutine Minsk Russie

Avant le démarrage de cette guerre le 24 février 2022, il y avait déjà eu pendant 8 ans, 14.000 morts entre pro-russes et pro-ukrainiens dans le Donbass notamment avec des groupes Azov côté Ukraine et Wagner côté russophone. Ce n’était pas une guéguerre mais une véritable guerre avec tous les engins modernes de défense et beaucoup de morts, de destructions, dont la ville de Marioupol à plus de 50%. Cette guerre n’aurait pas dû démarrer si les accords de Minsk I, puis Minsk II, avaient été respectés mais aussi validés par l’OTAN.

Un rappel très important des 10 ans de conflit du Donbass et des différents accords de Minsk est nécessaire pour connaitre les tenants et aboutissants de ce conflit.

Les accords dits « Minsk II» ont été signés en 2015 pour mettre fin à la guerre entre le pouvoir ukrainien et les républiques séparatistes de Donetsk et de Lougansk, soutenues par la Russie.

Après l'échec d'un premier accord signé en septembre 2014 (Minsk I), les chefs d’État français, allemand, russe et ukrainien sont parvenus à un nouvel accord de paix (Minsk II) le 12 février 2015.

Ces premiers, malgré la difficulté de les respecter ont permis provisoirement une forte atténuation du conflit.

Que contenaient ces nouveaux accords de Minsk II ?

Ils prévoyaient un cessez-le-feu immédiat, l’amnistie pour les participants du conflit, la mise en place d’une zone tampon démilitarisée, la libération de prisonniers. Mais aussi une réforme de la constitution Ukrainienne, dont le but était d’accorder plus d’autonomie aux provinces du Donbass avec une prévision d’élections locales.

Ces provinces du Donbass avaient fait sécession en 2014 peu après l’annexion de la Crimée par la Russie.

Un rappel des résultats de cette élection : Si la population a approuvé le transfert de la Crimée de l'Ukraine à la Russie à une écrasante majorité (96,77 %), le résultat n'a pas été reconnu ni par l'Ukraine ni par la communauté internationale, il est dénoncé par l'ONU et par les ONG de défense des droits humains !

Lire la suite...

www.danielmoinier.com

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Daniel Moinier a travaillé 11 années chez Pechiney International, 16 années en recrutement chez BIS en France et Belgique, puis 28 ans comme chasseur de têtes, dont 17 années à son compte, au sein de son Cabinet D.M.C. Il est aussi l'auteur de six ouvrages, dont "En finir avec ce chômage", "La Crise, une Chance pour la Croissance et le Pouvoir d'achat", "L'Europe et surtout la France, malades de leurs "Vieux"". Et le dernier “Pourquoi la France est en déficit depuis 1975, Analyse-Solutions” chez Edilivre.

4 commentaires on «UKRAINE, une guerre horrible, idéologique pour l’honneur jusqu’au boutiste?»

  • Merci pour votre article dont le contenu, objectif et mesuré, devrait être greffé dans la tête de tous les manichéens qui décrètent qui fait partie du camp du bien ou du camp du mal.
    Le respect du droit international est valable pour tous les pays mais il semble(rait) que certains s’en affranchissent allègrement et l’utilisent comme « arme » morale et juridique pour justifier leurs turpitudes.
    Bonne journée à vous.
    Charles Deligny

    Répondre
  • @ Économie Matin : auriez-vous censuré mon commentaire dans lequel je remerciais Monsieur Moinier de sa vision juste et impartiale de son analyse.
    Merci de votre réponse.

    Répondre
    • Bonjour M. Deligny,
      Il ne s’agissait aucunement de censure, il était en attente de validation de notre part, ce qui a été fait au moment où nous l’avons traité.
      Bien à vous,

  • Bonjour M. Garoscio,
    Merci de votre réponse explicative (CQFD).
    Cordialement,
    Charles Deligny

    Répondre
Laisser un commentaire

* Champs requis