Climat : plus de voitures thermiques en 2035… sauf si elles sont de luxe !

Face à l’urgence climatique que prouvent encore une fois les températures exceptionnelles de la fin du mois d’octobre 2022, l’Union européenne a pris sa décision : la fin des voitures thermiques est actée.

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 1 novembre 2022 à 11h48
Voitures Electriques Interdiction 2035 Europe Exception Luxe
16%En septembre 2022, 16% des voitures vendues en France ont été électriques.

Une nécessité et un signal donné à une semaine de l’ouverture de la Cop27 de 2022. Car l’ONU a prévenu une nouvelle fois : le monde va vers la catastrophe.

La fin des voitures thermiques neuves pour 2035

La date n’est pas une surprise : elle avait été annoncée depuis plusieurs mois. Mais jeudi 27 octobre 2022 dans la soirée, les eurodéputés ont enfin trouvé un accord définitif. Lors d’un vote, ils ont adopté la mesure, fixant à 2035 la fin de la vente des véhicules thermiques neufs, hybrides compris. Les constructeurs automobiles devront donc s’y faire, et tous semblent plus ou moins prêts, les annonces de modèles électriques se multipliant depuis quelques années.

Malheureusement, ce ne sera pas la fin des voitures thermiques en elles-mêmes : s’il sera interdit d’en vendre des neuves, le marché de l’occasion continuera d’exister, ce qui laisse entendre que les voitures thermiques rouleront encore plusieurs années après la date fixée par le Parlement européen.

Les voitures d’ultra-luxe épargnées… pour aucune raison ?

Dans le détail, la réglementation semble faire deux exceptions, comme le précise le site du Parlement européen. En premier lieu, l’amendement dit « Ferrari » a été conservé. Il concerne les constructeurs faisant sortir de leurs usines moins de 10.000 voitures neuves par an (22.000 camionnettes). Pour ces derniers, un délai d’un an de plus, donc à fin 2035 contre fin 2034 pour les autres, est accordé.

Mais la réglementation prévoit encore une autre exception… une exemption même. Pour les constructeurs « responsables de moins de 1.000 immatriculations de véhicules neufs par an ». Or, ces constructeurs sont en grande partie des constructeurs de super et hyper cars : Bugatti, par exemple, a produit 81 voitures en 2019. Quant à l’italienne Pagani, elle ne produit que quelques centaines d’unité par an…

Or, ce sont des modèles à plusieurs centaines de milliers voire plusieurs millions d’euros. Des modèles très exclusifs, en nombre limité, qui ne s’adressent qu’aux plus riches des riches. Et qui, de fait, pourront continuer d’exister et de polluer...

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Aucun commentaire à «Climat : plus de voitures thermiques en 2035… sauf si elles sont de luxe !»

Laisser un commentaire

* Champs requis