Déconfinement : un bouleversement pour le marché du travail

200000
L'agriculture a besoin de 200.000 saisonniers pour le mois de mai.

Dans la série post-confinement entamée lundi 11 mai, je demande l’emploi. Soyons clairs : le marché du travail va être complétement bouleversé, dans quelques mois, il n’aura plus grand-chose à voir avec ce que nous avons connu avant.

Plus d'emplois saisonniers

Mais il est une chose sûre également : ce qui va disparaître d’un côté réapparaîtra de l’autre. C’est le cas par exemple des emplois saisonniers. À défaut de travailler demain dans l'hôtellerie et la restauration, qui ne savent pas quand ils pourront redémarrer et à quelles conditions, vous pouvez vous tourner vers d’autres secteurs qui, eux, embauchent à tour de bras.

C’est vrai dans la grande distribution, dont l’activité est en hausse, et sous pression. C’est vrai également dans toute l’industrie agro-alimentaire, mais aussi dans la logistique. Et c’est vrai, évidemment, dans le secteur agricole. On recense pas moins de 200.000 offres d’emploi dans le secteur pour le mois de mai, la main d’œuvre étrangère habituellement mobilisée, portugaise, ukrainienne, polonaise, étant bloquée aux frontières.

Apprendre un nouveau métier

Si vous êtes entre deux jobs, si, votre emploi est menacé, c’est le moment d’accepter de faire un, ou plusieurs nouveaux métiers. À noter qu’en ce moment, le gouvernement prend en charge à 100% toutes les formations. C’est donc aussi le moment d’apprendre un nouveau métier, ou d’acquérir une nouvelle compétence.

Ces conseils sont valables également pour les lycéens qui ne retourneront probablement pas à l’école, et pour les étudiants : apprenez quelque chose de nouveau, et quelque chose d’utile...  


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).