Pas de défiscalisation des heures sup' en 2017 ni en 2018

3 MILLIARDS €
La défiscalisation des heures supplémentaires coûterait à l'Etat 3
milliards d'euros.

Emmanuel Macron, lors de sa campagne présidentielle, l’avait promis : sous son quinquennat les heures supplémentaires auraient été défiscalisées dans un retour au système sarkozyen du « travailler plus pour gagner plus ». Mais l’alors candidat d’En Marche n’avait pas donné de réelle date pour cette réforme annulée sous François Hollande. Il va, au final, falloir attendre.

La question des économies grille la priorité à la défiscalisation

Selon le journal Le Figaro, Bercy aurait tranché : pas de défiscalisation des heures supplémentaires pour les Français. Tout du moins, pas pour l’instant : pas en 2017 ni même en 2018. Le problème vient du manque à gagner de cette réforme pour l’État.

La défiscalisation des heures supplémentaires est une perte nette pour le budget de la France : plus de cotisations sociales que ce soit du côté des patrons ou des salariés. Les deux parties sont gagnantes, bien évidemment, mais l’État ne touche rien. Du coup, difficile d’emboîter cette réforme avec l’objectif du gouvernement de réduire le déficit.

La chasse aux économies entamées par le gouvernement et qui passe par toute une série de réformes comme la baisse des APL de 5 euros ou la baisse des dotations aux collectivités territoriales aura eu raison de la défiscalisation des heures supplémentaires. Il va donc falloir, a minima, attendre la loi de Finances de 2019 pour, peut-être, la voir apparaître dans les plans de Bercy. Et encore, rien n’est gagné d’avance.

Un coût de 3 milliards d’euros pour le gouvernement

Il faut dire que la réforme prévue par Emmanuel Macron reviendrait, en gros, à réduire de 3 milliards d’euros les rentrées fiscales. Un coût gigantesque alors que le gouvernement vise toujours les 2,7 % de déficit public. Pour ce faire, 20 milliards d’euros d’économies sont prévus en 2018. Impossible d’y ajouter la défiscalisation des heures sup’.

Le projet n’est pas oublié pour autant : avec 46 % des salariés ayant réalisé des heures supplémentaires en 2013 selon le ministère du Travail, cette défiscalisation pourrait donner un sacré coup de pouce aux ménages.

A noter, tout de même, que Nicolas Sarkozy avait inséré dans sa version un défiscalisation des revenus issus des heures supplémentaires en plus d’une exonération des charges. Emmanuel Macron ne semble pas vouloir aller aussi loin : pas de charges mais les revenus seront bel-et-bien taxés.


A découvrir