La France championne du monde de la distribution de dividendes, selon l'Oxfam

67,4 EUROS
De 2009 à 2016, sur 100 euros de bénéfices, les entreprises du CAC 40
ont en moyenne reversé 67,4 euros de dividendes aux actionnaires.

Dans un rapport publié ce lundi 14 mai 2018, les ONG Oxfam et Basic ont calculé que les entreprises du CAC 40 ont reversé plus de la moitié de leurs bénéfices à leurs actionnaires en 2017.

Les entreprises du CAC 40 ont redistribué à leurs actionnaires les deux tiers de leurs bénéfices entre 2009 et 2016

Les groupes du CAC 40 ont redistribué à leurs actionnaires les deux tiers de leurs bénéfices depuis le début de la crise, au détriment des investissements et des salariés, selon un rapport publié lundi 14 mai 2018 par les ONG Oxfam et Basic. « De 2009 à 2016, sur 100 euros de bénéfices, les entreprises du CAC 40 ont en moyenne reversé 67,4 euros de dividendes aux actionnaires. Ce taux de redistribution des bénéfices aux actionnaires au sein du CAC 40 est plus de deux fois plus élevé que celui de la moyenne des entreprises françaises », indiquent ses auteurs.

Et de préciser : « La France est ainsi le pays champion du monde ». Ainsi, Manon Aubry, porte-parole d'Oxfam France, citée dans le communiqué, dénonce : « Les richesses n'ont jamais été aussi mal partagées depuis la crise au sein des grands groupes, qui choisissent délibérément une course aux résultats de court terme pour conforter les actionnaires et les grands patrons au détriment des salariés et de l'investissement ».

Des inégalités aussi en matière de rémunération

Sur le podium, on retrouve Total et Sanofi aux deux premières places. Elles « représentent à elles deux quasiment un quart des dividendes totaux versés par les entreprises du CAC 40 entre 2009 et 2016, ayant versé respectivement 43,5 et 37,9 milliards d’euros sur la période ». Engie arrive en troisième position, avec 27,6 milliards. Oxfam et Basic appellent le gouvernement à  « reprendre la main sur cette économie déboussolée avec des mesures de régulation ambitieuses ».

Les grandes entreprises françaises se distinguent également pour les inégalités en matière de rémunération. « Ces écarts salariaux indécents se traduisent par des rapports de plus en plus grands entre hauts et bas salaires : en 2016, les patrons du CAC 40 gagnaient en moyenne 257 fois le SMIC, et 119 fois ce que le salaire moyen au sein de leur entreprises (en 2009, cet écart était de 97). L'écart le plus important a été constaté chez Carrefour où le PDG a perçu en 2016, 553 fois le SMIC », déplore ainsi l'ONG Oxfam.


A découvrir