Salaires : les progrès vers l'égalité femmes-hommes jugés beaucoup trop lents

15 %
Le salaire médian des femmes reste inférieur de 15% à celui des
hommes, selon l'OCDE.

Ce n’est pas un collectif féministe qui le dit, mais bien l’OCDE : les inégalités salariales entre hommes et femmes restent inchangées. Et les progrès en la matière sont trop lents ! 

« Il est temps d’agir » 

Dans un nouveau rapport rendu public le 4 octobre 2017, l’OCDE indique que les pays doivent faire beaucoup plus pour combler les inégalités entre les femmes et les hommes dans le monde. C’est bien simple : très peu de progrès ont été réalisés depuis le rapport de 2012. « Il est temps d’agir » estime l’institution.

 « L’égalité entre les femmes et les hommes doit être une priorité si l’on veut parvenir à une croissance inclusive durable, dans l’intérêt de chaque citoyen », explique ainsi la directrice du cabinet de l’OCDE et Sherpa au G20, Gabriela Ramos, à l’occasion du lancement du rapport en amont du Women’s Forum se tenant à Paris. « Il n’y a aucune raison pour que les résultats des femmes sur les plans social, économique et politique restent inférieurs à ceux des hommes. Les pays doivent faire beaucoup plus pour atteindre les objectifs de parité ».

Le rapport précise toutefois que des progrès ont été réalisés. La plupart des pays de l’OCDE luttent contre le harcèlement au travail en durcissant leur législation et la réglementation en vigueur. Plusieurs pays, notamment l’Allemagne, l’Australie, l’Italie, le Japon, la Turquie et le Royaume-Uni, ont pris des mesures pour encourager davantage les filles à choisir les sciences, les technologies, l’ingénierie et la production industrielle et les garçons à opter pour les filières de la santé et de l’enseignement. 

Pourtant les inégalités persistent dans tous les domaines de la vie sociale et économique et dans tous les pays, et la situation a souvent peu évolué ces dernières années. Si aujourd’hui les jeunes femmes des pays de l’OCDE finissent leurs études avec de meilleures qualifications que les jeunes hommes, elles sont moins susceptibles d’étudier dans les domaines plus rémunérateurs que sont les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques. 

Un salaire 15 % inférieur

Les taux d’activité féminine se sont rapprochés des taux d’activité masculine ces dernières décennies mais, dans tous les pays de l’OCDE, les femmes restent moins susceptibles que les hommes d’occuper un emploi rémunéré. Lorsqu’elles travaillent, elles sont plus susceptibles d’occuper un emploi  à temps partiel et d’être victimes de discrimination, leurs chances d’accéder à des postes de direction sont moindres, et elles gagnent moins que les hommes. La salariée médiane gagne près de 15 % de moins que son homologue masculin, en moyenne, dans l’OCDE – un taux qui a à peine évolué depuis 2010. 

Les femmes sont moins susceptibles de créer leur propre entreprise et lorsqu’elles le font, elles gagnent généralement moins que les hommes. Les inégalités entre les sexes ont tendance à se creuser avec l’âge, ce qui témoigne du rôle crucial joué par la parentalité en matière de parité. Bien plus que la paternité, la maternité a généralement d’importants effets négatifs sur l’activité, la rémunération et la progression de carrière. 

Depuis 2013, les deux tiers environ des pays de l’OCDE ont mis en place de nouvelles mesures axées sur l’égalité de rémunération, lesquelles exigent une plus grande transparence salariale, les entreprises étant de plus en plus tenues d’analyser et de divulguer l’écart salarial au sein de leurs effectifs. De nombreux pays ont également pris des mesures pour améliorer l’accès à des services d’éducation et d’accueil des jeunes enfants de qualité, et ont aussi encouragé les pères à prendre un congé parental : plusieurs pays, notamment le Canada, la Corée, le Japon et la Pologne, ont augmenté les subventions ou prestations versées au titre de la garde d’enfants, et d’autres, comme la Norvège et le Royaume-Uni, ont mis en place un programme d’accueil gratuit ou étendu le dispositif existant. 


A découvrir


Laure De Charette

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.

Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.