MonkeyParking : une application qui vend aux enchères les places de stationnement

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Modifié le 16 mai 2014 à 14h18

Pour l’instant seules Rome et San Fransisco sont concernées. Une application vient d’être créée pour acheter aux enchères des places de parking. Quand la guerre pour se garer devient un business. Vous êtes sûrs de ne pas vouloir passer au vélo ?

A quand l’apparition de cette application à Paris ?

MonkeyParking vend aux enchères des places de parking

Les automobilistes des grandes villes se reconnaîtront. Qui n’a jamais passé de nombreuses minutes, voire des heures à tourner avant de finalement trouver une place de stationnement pour sa voiture ? Une application mobile innove et profite des problèmes de places de parking dans les grandes villes. Son nom ? MonkeyParking. L’idée est simple.

Payer un automobiliste déjà garé

Vendre aux enchères les "chères" places de parking existantes. Pour cela, il vous suffira de payer un autre automobiliste déjà garé, afin de récupérer la place qu’il occupe. Imaginez l’affaire. Un automobiliste trouve une place et s’acquitte du prix du stationnement. Vous le payez au retour, suivant une enchère, afin de récupérer sa place. Une place qui peut être payante évidemment, mais également gratuite !

Le prix maximum : 20 dollars

Mais pour obtenir une place, il ne faudra évidemment pas être trop radin. De nombreux autres automobilistes pourraient se presser au portillon. A noter toutefois que le prix maximum pour une place a été fixé par MonkeyParking à 20 dollars. Pour l’instant, cette application n’est disponible qu’à Rome et San Fransisco. Les créateurs de l’application souhaiteraient toutefois l’étendre à d’autres villes. Paris par exemple ?

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense.