Malgré la Covid, la Chine et les Etats-Unis ont eu des excédents commerciaux, la France en est très loin !

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Daniel Moinier Publié le 19 novembre 2020 à 16h01
Covid 19 Etats Unis Chine Excedents Commerciaux France Non
30%a France se débat comme les autres avec une deuxième pandémie qui devrait encore amputer l'activité de 16% contre 30% pour le premier confinement.

A la date d'octobre 2020, les Etats-Unis malgré une crise Covid hors du commun a réussi à réaliser un exploit : Avoir une augmentation de ses ventes de + 33% avec la Chine. Celle-ci n'est pas en reste puisqu'elle a accru ses ventes avec les Etats-Unis en octobre de 31,4 milliards de dollars. Elle affiche un excédent de 58,4 milliards contre 37 milliards en septembre grâce à l'excédent de ses exportations qui se montent à + 11,4%.

La France n'est pas du tout dans la même situation en étant très tournée vers l'Europe. D'après l'assureur-Crédit Euler Hermes, les exportations françaises vont diminuer de 100 milliards d'euros en 2020. La demande de biens extérieurs va baisser de 14 milliards d'euros avec l'Allemagne, 7,5 milliards chacune avec l'Italie et l'Espagne, de 7 milliards avec la Belgique, 6,7 milliards avec le Royaume, même si les prévisions pour 2021 seraient en croissance de 40 milliards d'euros.

La France se débat comme les autres avec une deuxième pandémie qui devrait encore amputer l'activité de 16% contre 30% pour le premier confinement. En tenant compte de sa levée possible début décembre suivi d'un couvre-feu pendant les fêtes, il est envisagé une baisse du PIB de 7% au quatrième trimestre 2020 et de 10% sur l'ensemble de l'année.

Les chiffres des données de l'activité 2020 :

1er trimestre = - 5,9%

2ème trimestre = - 13,8%

3ème trimestre = + 18,2% mais 8,3% par rapport au 3ème trimestre 2019

Les pourcentages sont calculés d'un trimestre par rapport au précédent.

Au niveau budgétaire, la France se trouve dans une situation catastrophique, avec des dépenses supplémentaires très importantes et à l'inverse des rentrées en fort retrait. L'écart entre les recettes et les dépenses ne datent pas d'aujourd'hui. La divergence a commencé après 1975 dernière année de budget en équilibre. Depuis les déficits se sont succédé jusqu'à ce jour ! Plus les rentrées financières de la tranche inférieure des français diminuaient, plus les aides ont été créées pour acheter la paix sociale et avoir une France qui sauve la face dans le classement des pays avec un taux de pauvres acceptable.

Plus les déficits se sont aggravés, plus les prélèvements ont augmenté, plus les entreprises ont perdu leur compétitivité avec des fermetures en cascades ou des délocalisations pour survivre.

Ci-dessous un graphique avec deux courbes : Dépenses publiques et rentrées fiscales de 1981 à 2020

Pendant cette période très exceptionnelle de début d'année 2020, les bourses qui sont en général le reflet des performances économies ou parfois les devancent, ont été très malmenées puis ont rattrapé rapidement leur retard et même dépassé les attentes. En premier par l'espérance d'une fin de pandémie, puis plus tard par l'annonce de la victoire de Jo Baden et ensuite elles ont fait deux bonds importants instantanés, l'un après l'annonce le 10 Novembre de la sortie du vaccin du Laboratoire Pfizer qui a boosté instantanément le CAC 40 de 8% et l'autre de 3% le 16 Novembre par le laboratoire Moderna avec un vaccin encore plus performant.

Comment la France peut-elle se sortir de cette impasse économique et budgétaire ?

Il va falloir être devin car les composantes sont tellement importantes, variables et même inattendues qu'il sera très difficile de faire des pronostics à 3, 6 mois, 1 an avec en plus, des élections présidentielles à venir aux résultats très incertains ! Comme souvent les électeurs vont essayer de rechercher la personnalité providentielle qui pourra répondre à leurs attentes.

www/danielmoinier.com

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Daniel Moinier a travaillé 11 années chez Pechiney International, 16 années en recrutement chez BIS en France et Belgique, puis 28 ans comme chasseur de têtes, dont 17 années à son compte, au sein de son Cabinet D.M.C.Il est aussi l'auteur de six ouvrages, dont "En finir avec ce chômage", "La Crise, une Chance pour la Croissance et le Pouvoir d'achat", "L'Europe et surtout la France, malades de leurs "Vieux"". Et le dernier “Pourquoi la France est en déficit depuis 1975, Analyse-Solutions” chez Edilivre.