Croissance : la Banque de France optimiste pour la fin de l’année

Par Olivier Sancerre Modifié le 9 novembre 2017 à 13h30
Croissance Dernier Trimestre 1
1,8%Le gouvernement a prévu une croissance de 1,8% pour 2017

La croissance depuis le début de l'année s'est jusqu'à présent montrée solide, et le quatrième trimestre ne devrait pas déroger à cette règle vertueuse. Les prévisions de la Banque de France sont en effet optimistes.

La Banque de France prévoit une progression du PIB de 0,5% pour la fin de l'année. Ce faisant, l'institution monétaire marche dans les pas de l'Insee qui, dans sa note de conjoncture de début octobre, tablait également sur une croissance de 0,5% pour les trois derniers mois de l'année. Depuis quatre trimestres maintenant, la machine économique française enchaîne les niveaux de croissance à 0,5% : du jamais vu depuis 2011. Et de bon augure pour le gouvernement, qui prévoit une croissance de 1,8% pour cette année.

0,5% de croissance au dernier trimestre

Voilà qui effacera la déception relative de la progression du PIB de 2016, où elle s'était finalement établie à 1,1%. Ce niveau de croissance de 1,8% est en tout cas conforme aux prévisions de l'Insee, ainsi que de l'OFCE. Pour le dernier trimestre, la plupart des voyants sont au vert selon la Banque de France qui s'appuie sur une enquête mensuelle de conjoncture auprès des chefs d'entreprise. Tous les secteurs sont bien orientés, tout particulièrement celui de l'industrie : les carnets de commande sont pleins, ils sont même à leur plus haut depuis 2008.

Tout le monde en profite

L'activité est très dynamique dans l'automobile, la chimie et la métallurgie d'après les constatations de la Banque de France. La pharmacie et l'aéronautique présentent par contre des signes de faiblesse. Dans les services aussi, la tendance est bonne, les chefs d'entreprise prévoyant même une légère accélération de l'activité en novembre. Le bâtiment aussi est particulièrement solide, et même plus dynamique encore qu'au troisième trimestre.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.