Déclaration d’impôts 2015 : ce soir, il sera trop tard

Par Olivier Sancerre Modifié le 18 mai 2015 à 23h58
Shutterstock 244866337
10 MILLIARDSEn 2015, l'impôt sur le revenu va générer 10 milliards d'euros recettes supplémentaires.

Pour envoyer ses revenus de l’année 2014, il ne reste plus que quelques heures. C’est en effet ce mardi 19 mai, minuit, qu’il faudra avoir glisser sa déclaration d’impôts à la Poste. Après, il sera trop tard… et il faudra payer des pénalités.

En revanche, ceux qui ont choisi de déclarer leurs impôts en ligne bénéficient d’un délai de grâce, qui varie selon les départements. Après tout, pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ! La déclaration se déroule sur le site impots.gouv.fr, et la date s’échelonne entre le 26 mai et le 9 juin, selon les zones : la zone 1 couvre les départements 01 à 19, la zone 2 les départements 20 à 49, et enfin la zone 3 (50 à 976).

La déclaration en ligne a de l’avenir

Il est d’ailleurs fort probable que ceux ayant choisi la télédéclaration sur internet ait été particulièrement nombreux à choisir ce système, plus souple et moins contraignant que la bonne vieille déclaration papier. D’ailleurs, ce type d’envoi devrait disparaître à terme. Une disposition législative vise en effet à rendre obligatoire la déclaration en ligne, à partir de l’impôt 2016 soit… dès l’année prochaine. Que les adeptes du papier (et les réfractaires d’internet) se rassurent : ce remplacement sera progressif.

Baisse des impôts

Pour le reste, la cuvée 2015 des déclarations d’impôts devrait se montrer un peu moins amère pour de nombreux foyers fiscaux. Plus de 6 millions d’entre eux verront une baisse de la douloureuse, et ceux qui ont gagné moins de 9 690 euros annuels seront exemptés d’impôts sur le revenu.

Le nombre de foyers imposés est passé sous la barre des 50%, à 47,7% précisément : c’est le résultat des différentes dispositions d’allègement d’impôts, comme la suppression de la première tranche à 5,5%. Malgré une hausse limitée du volume de foyers imposés (17,6 millions), les recettes tirés par l’impôt sur le revenu ont augmenté de 15% depuis 2013.

L'impôt sur papier n'a plus d'avenir.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.