Engie se scinde en deux avec Equans, une filiale à vendre

Par Olivier Sancerre Modifié le 2 juillet 2021 à 12h30
Engie Equans Services 1
26.000Equans fait travailler 26.000 personnes en France.

Les activités de services d'Engie ont désormais une nouvelle maison, Equans. Un « groupe dans le groupe » qui génère 12 milliards d'euros de chiffre d'affaires et que l'énergéticien voudrait vendre.

La nouvelle entité est née le 1er juillet, a annoncé Christine MacGregor, la directrice générale d'Engie, durant une audition à l'Assemblée nationale. Equans regroupe les activités de service technique du fournisseur d'énergie : cela va de la climatisation au numérique, en passant par l'installation électricité, le chauffage, la ventilation, la mécanique, etc. Cette nouvelle entreprise, autonome au sein d'Engie, fait travailler 74.000 personnes dans le monde, elle est présente dans 17 pays et elle génère un chiffre d'affaires de 12 milliards d'euros. Ses concurrents sont le groupe français Spie ou encore l'américain Emcor, sur des « marchés porteurs » selon Jérôme Stubler, son directeur général.

Les services techniques dans une nouvelle entité

Le dirigeant l'assure : Equans est une société qui va connaître « une très belle croissance ». Engie a tout intérêt à promouvoir une belle histoire, car l'objectif est de vendre cette filiale. « Après la création d'Equans au sein d'Engie nous entamons une nouvelle phase, celle où nous allons explorer l'évolution possible de l'actionnariat pour permettre à Equans de réaliser toutes ses chances de croissance et son développement propre à ses activités », a expliqué Catherine MacGregor. Une vente à un groupe ou à plusieurs, à un fonds ou à plusieurs, voire une mise sur le marché, c'est-à-dire une introduction boursière.

Promesses sociales

Cette vente sera assortie d'engagements sociaux pour le repreneur, qui devra aussi respecter des promesses au niveau de l'emploi. Equans emploie 26.000 salariés en France. L'État, actionnaire d'Engie à hauteur de 23,6%, sera « extrêmement attentif à l'aspect social », selon la directrice générale. Les représentants du personnel ont de leur côté penché pour un maintien d'Equans dans le giron d'Engie, ils ont également formulé des demandes d'engagements sociaux « forts et ambitieux ». Quant à Engie, l'entreprise veut se concentrer sur les infrastructures et les énergies renouvelables.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.