Google accusé d’entrave à la concurrence avec Androïd aux États-Unis

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 28 septembre 2015 à 7h31
Domination Marche Android Smartphone Anticoncurrentiel Bundle Enquete Ftc Google
60%Aux Etats-Unis Android représente 60% du marché des Smartphones.

Mauvaise nouvelle pour le géant de Mountain View Google qui domine le marché des smartphones avec son système d'exploitation Android (utilisé par quasiment tous les constructeurs sauf Apple et Microsoft) : l'autorité de la concurrence des Etats-Unis l'a dans son collimateur. En cause, selon l'enquête qui en n'est qu'à son début, une mise en avant des produits Google qui serait anticoncurrentielle.

L'offre groupée d'Android dans le viseur

Les Etats-Unis s'attaquent donc à leur tour à l'offre groupée d'Android-Google. Une offre qui fait déjà l'objet d'une enquête en Europe ; cette dernière fait suite à une plainte déposée par plusieurs géants dont Microsoft.

Google, via son OS propriétaire (mais libre) Android, propose en effet aussi ses services : non seulement le moteur de recherche Google mais également la plateforme de vidéos en streaming Youtube, le service Google Maps et bien entendu Gmail. Autant de services intégrés directement à Android via des applications pré téléchargées.

Pour l'Antitrust américaine (FTC) comme pour Bruxelles, cela pourrait présenter un problème majeur : ce serait anticoncurrentiel.

La domination de Google devient problématique

Si proposer une "bundle" (une offre groupée) n'est pas un souci en soi, ça l'est pour Google car ce dernier est largement le premier sur le marché des smartphones. Aux Etats-Unis 60% des smartphones embarquent Android (contre 35% iOS) et au niveau mondial cette part passe à 80%. Forcément mettre en avant ses propres produits peut être considéré comme anticoncurrentiel.

Mais il est probable que Google n'en souffre pas. On se souvient encore tous des diverses plaintes et condamnation pour abus de position dominante du géant Microsoft entre 1990 et 2000 (et encore maintenant) sur le marché des PC. Microsoft ne s'était alors limité qu'à payer les amendes... sans réellement changer sa manière de faire.

Et Google avec ses quelques 50 milliards de dollars qui dorment sur ses comptes n'aura guère de soucis à payer quelques centaines de millions de dollars d'amende ici ou là...

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio