La Fed augmente ses taux de trois quarts de points

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Paul Laurent Modifié le 16 juin 2022 à 15h37
Stock 1863880 1920
3,7%La Fed prévoit un taux de chômage de 3,7% maximum fin 2022.

Pour faire face à l’inflation, la Réserve fédérale américaine (Fed) a relevé, mercredi 15 juin 2022 ses taux d’intérêts.

Contrôler l’inflation

Après avoir remonté ses taux d’intérêt de 0,5 point en mai 2022, la Réserve fédérale américaine (Fed) a décidé, suite à une réunion de son comité de politique monétaire, de procéder à une nouvelle hausse. La dernière fois qu’une décision pareille a été prise par la Fed, c’était en 1994, d’où son caractère exceptionnel. Cette nouvelle hausse, d’une valeur de 0,75 point, fait atteindre les taux d’intérêt de la Fed une valeur s’établissant entre 1,5% et 1,75%.

Suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie et ses suites, la Fed explique par un communiqué que cela a créé des « pressions à la hausse supplémentaires sur les prix et pèsent sur l'activité économique mondiale ». « En outre, les confinements liés au Covid en Chine devraient exacerber les tensions sur les chaînes d'approvisionnement », juge la Fed. Par cette hausse des taux, la Fed espère pouvoir freiner l’inflation dans le monde. En effet, rien que dans les pays de l’OCDE, l’indice des prix à la consommation (IPC) a augmenté de 9,2% sur un an, en avril 2022.

Vers une augmentation du chômage aux États-Unis

Après les annonces de la Fed, la bourse américaine a rebondi. Ainsi, le Nasdaq a gagné 2,79% et le S&P500 a rebondi de 1,79%. En Amérique, la crainte de la récession se fait de plus en plus grande, ainsi, la Fed prévoit une amplification, bien que limitée, du nombre de chômeurs. D’après la Réserve fédérale, le chômage devrait être de 3,7% au maximum fin 2022 et de 3,9% fin 2023.

Jerome Powell, le président de la Fed, avait expliqué lors d’une interview à MarketPlace qu’ « il aurait sûrement été préférable d'augmenter les taux plus tôt ». Mais pour l’administration américaine, normalement l’inflation ne devait être que temporaire. « Notre économie s'est relevée plus vite qu'ailleurs, avec un redressement historiquement fort et équitable du marché du travail et une réduction des souffrances humaines », explique Brian Deese, le conseiller économique de la Maison Blanche.