Entreprendre au féminin, pourquoi c’est le bon moment pour se lancer

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Fariha Shah Modifié le 13 décembre 2022 à 20h39
France Entreprises Croissance Organisation Ressources Humaines
40 %L'objectif du gouvernement est d'avoir 40 % de femmes créatrices d'entreprises.

Selon le gouvernement, le nombre de femmes se lançant dans l'entrepreneuriat a doublé entre 2012 et 2015.

A l'échelle mondiale, Paris se situe en 6ème position dans le classement des villes dans lesquelles les femmes entreprennent le plus, juste derrière la Silicon Valley et Los Angeles, les pionniers du monde des startups. Portées par les mêmes motivations et avec les mêmes chances de réussir, les femmes sont cependant moins nombreuses à créer ou diriger des entreprises (la part de femmes chefs d'entreprises s'établit à 25 % en 2017). Cependant, ce chiffre est en progression constante et d'après les derniers chiffres du gouvernement, 18% des Françaises expliquent vouloir créer leurs entreprises, soit près de cinq millions de dirigeantes potentielles. Et c’est une bonne nouvelle au regard du potentiel que représente l’augmentation de l’entrepreneuriat féminin dans la création de richesses et d'emplois en France !

La France présente un terrain encourageant pour l’entreprenariat au féminin

Comme pour les hommes, l’entrepreneuse moyenne est mariée et a des enfants, et doit donc concilier vie familiale et vie professionnelle, 46% d’entre elles estiment plus simple de concilier ces deux mondes en tant que dirigeant d’entreprise. Depuis que j’ai lancé ma Startup en juillet 2015, j’ai vu naitre de nombreuses initiatives pour soutenir et encourager les femmes à entreprendre, notamment dans le numérique et les nouvelles technologies. Toutes ces initiatives, qui bénéficient souvent d’une forte médiatisation, sont venues accentuer la valorisation des femmes entrepreneures et contribuent à modifier l’état d’esprit des femmes, comme des hommes d’ailleurs. A ceci s’ajoute un environnement favorable à l’entreprenariat avec de nombreux dispositifs d’accompagnement et de financement accessibles aux projets d’entreprises à forte valeur ajoutée. Au-delà de l’envie d’entreprendre et des soutiens créés, les mentalités ont également évolué quant au rôle de la femme et de l’homme au sein du foyer : le partage des responsabilités, une parentalité organisée et des tâches est de plus en plus équitable, permettant à chacun de mener son activité professionnelle avec plus de sérénité.

Lancer son projet ce n’est pas mettre en suspend sa vie de femme

Bien évidemment, il est indispensable pour se lancer, de se préparer à entreprendre. La préparation d’un tel projet doit se faire à deux niveaux : sa vie professionnelle et sa vie personnelle. Car, lorsqu’on est entrepreneur, les deux tableaux sont intimement liés et il est essentiel de les « organiser », notamment pour la première année du lancement du projet ! J’ai deux enfants en bas âge et quand j’ai créé ma société, j’attendais mon deuxième enfant ! Quelque soit la situation personnelle de l’entrepreneuse, il est essentiel de raisonner en « équipe » ; que ce soit au travail ou à la maison. Pour beaucoup de femmes ayant réussi ce « double » projet, là est l’essentiel, car la réussite ne repose jamais sur une seule personne. Un chiffre encourageant : les entreprises dirigées par des femmes en couple ont un taux de pérennité supérieur à celles dirigées par des femmes seules avec 71,2 % contre 68,7 % (source APCE).

La force mentale est un atout clé pour entreprendre au féminin

Cela semble évidemment… Le soutien alentour est un point clé de la réussite du projet à long terme. L’entourage n’est pas forcément réceptif et ne comprend pas toujours un projet entrepreneurial, surtout lorsqu’il s’agit d’une première expérience professionnelle. Il s’agit alors de les convaincre sur nos motivations et capacités : un excellent 1er exercice que vous serez amené à reproduire maintes fois par la suite ! Dans cette démarche, il est également essentiel de faire abstraction des éléments toxiques dans son environnement ; c’est à dire des personnes qui ne croiront ni en vous ni en votre projet entrepreneurial. Entourez vous d’éléments inspirants ! Vous sentirez rapidement l’impact de leurs ondes positives et bienveillantes sur votre productivité. Et rappelez-vous d’une chose : plus vos ambitions seront grandes, moins vous serez pris au sérieux…

La formation et l’accompagnement au féminin, un avantage pour la performance

Pour permettre aux femmes de se lancer à « armes égales » et pour lever les stéréotypes, un grand nombre de réseaux de femmes ou de formations ont vu le jour en France, telles que Girlz in Web, Starther ou encore "Femmes Entrepreneurs". Leur objectif : faire comprendre les aspects techniques, économiques (comment planifier la mise en œuvre du projet, explorer son environnement économique, réfléchir à la commercialisation, à la stratégie de communication…). Mais aussi les aspects psychologiques de l’entrepreneuriat au féminin. Ce dernier point est un essentiel car le principal frein des femmes reste psychologique : comment conjuguer les rôles, être « indépendante », « donner du sens », « s’investir à fond », « être au service des autres », « avoir de la reconnaissance », exercer sa « créativité », « bien faire son travail » … A cause de ces freins, beaucoup abandonnent leurs projets dès la phase d’émergence. S’accompagner est donc crucial !

La France présente un terrain encourageant pour l’entreprenariat au féminin et, avec l’arrivée de la nouvelle génération de jeunes femmes formées aux métiers du digital et baignées dans la culture entrepreneuriale, je suis très confiante quant à la croissance du nombre de femmes entrepreneures à court terme ! Gardons en tête que l’objectif du gouvernement est d’atteindre 40% de femmes créatrices d’entreprises ! Lancez-vous, c’est le bon moment si vous avez le bon projet !

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Fariha Shah est co-fondatrice de Golden Bees, une solution de ciblage intelligent des candidats par la publicité.