Google : 3 milliards à Apple pour rester moteur de recherche par défaut

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 16 août 2017 à 6h12

Contrairement à Apple et Samsung dont la guerre ouverte est déclarée pour le titre de meilleur constructeur de smartphones au monde, entre Apple et Google les liens sont plus complexes. S’il y a une concurrence entre les deux géants américains, Apple semble profiter d’une aubaine financière annuelle qui pourrait atteindre des records en 2017 selon le cabinet Bernstein.

L’importance d’être le moteur de recherche par défaut

Les activités de Google, ou plutôt de sa maison-mère Alphabet, sont nombreuses mais c’est bien le moteur de recherche qui rapporte le plus au géant de Mountain View. C’est grâce aux publicités que Google peut être l’une des rares filiales d’Alphabet qui est dans le vert et, surtout, la principal source de revenus du géant.

Apple, de son côté, n’a pas ce problème : les ventes d’iPhone se portent bien et la firme de Cupertino enchaîne les trimestres avec des bénéfices de plusieurs milliards de dollars. Ce sont ces ventes de smartphones qui intéressent Google.

L’iPhone a, en tant que moteur de recherche par défaut, Google Search. C’est le cas pour Android aussi mais c’est moins étonnant : Android est la propriété de Google. Sachant que la grande majorité des utilisateurs ne va pas changer le moteur de recherche par défaut sur leur appareil, c’est donc stratégique pour Google. Et le géant est prêt à payer pour ça. Il faut dire que les recherches sur iOS représentent 50 % des revenus publicitaires mobiles de Google.

3 milliards de dollars en 2017 directement dans les caisses d’Apple ?

Depuis plusieurs années Google paye Apple pour que la firme installe par défaut Google Search sur ses smartphones. Entre 2014 et 2016 Google aurait ainsi payé à Apple 1 milliard de dollars. Mais 2017 verrait ce montant exploser selon le cabinet Bernstein.

Google pourrait payer à Apple près de 3 milliards de dollars pour que Google Search soit le moteur de recherche par défaut des iPhone. Une somme jamais atteinte auparavant qui, surtout, est un gain pur et simple pour Apple : le groupe fondé par Steve Jobs ne doit strictement rien faire pour empocher la somme.

3 milliards de dollars, selon AM Sacconaghi Jr, analyste chez Bernstein, ça représente tout simplement 5 % des profits totaux d’Apple estimés pour 2017. Une somme que le groupe gagnera sans lever le petit doigt.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio