La première grève SNCF de 2017 ce sera le 2 février

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 18 janvier 2017 à 6h40
Sncf Greve 2017 Mouvement Social Syndicats
250 MILLIONS €Les grèves de 2016 ont coûté à la SNCF 250 millions d'euros selon la direction.

Alors que la France a connu une année 2016 riche en grèves, plus de 800 au total dont un nombre record de 13 grèves générales, l’année 2017 ne devrait pas être exempte de conflits. La SNCF, qui fait régulièrement l’objet de grèves en série, devrait connaître la première dès le mois de février 2017 à l’appel de plusieurs syndicats dont la CGT et SUD-Rail.

Une grève à la SNCF à l’appel de la CGT et SUD

Le conflit social à la SNCF ne semble pas se calmer. Après 77 grève en 2016 (locales et nationales, hors grèves générales), le transporteur commence l’année en beauté avec un premier mouvement de grève annoncé pour le 2 février 2017. Un communiqué de la CGT publié le 13 janvier 2017 et révélé par le journal les Echos, appelle les cheminots à se mobiliser.

La CGT a ensuite été rejointe par le syndicat SUD-Rail, troisième syndicat à la SNCF. À eux deux, les syndicats appelant à la grève représentent 50 % des effectifs du groupe ce qui présage une mobilisation majeure et des perturbations sur tout le réseau national.

Comme toujours, les syndicats critiquent la stratégie de réduction des coûts de la SNCF qui a déjà annoncé près de 1 700 suppressions d’emplois en 2017 et qui, selon la CGT, a supprimé « 25 000 emplois de cheminots » en 10 ans. Une situation qui « développe la précarité par le biais de CDD, de contrats intérims et exacerbe la sous-traitance » peut-on lire sur le communiqué du syndicat.

Une année 2016 compliquée pour la SNCF mais qui reste dans le vert

Si les syndicats s’insurgent contre la politique de la SNCF et les annonces des suppressions de postes, c’est que la SNCF a été dans le vert en 2016, hors dépréciation d’actifs. Une année qui toutefois est marquée par une baisse du chiffre d’affaires, selon Guillaume Pépy, qui pourrait être d’un milliard d’euros inférieur à celui de 2015. Pour les syndicats, ça ne justifie en rien les suppressions d’emplois ni le passage au forfait-jour pour près de 30 000 cadres du groupe.

La SNCF a souffert des grèves de 2016 qui lui ont coûte 250 millions d’euros mais également de la baisse du tourisme en France lié aux attentats et de la concurrence croissante du covoiturage et des autobus.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio