Impôts : pas de hausses malgré un déficit qui dérape ?

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 26 juin 2017 à 6h13
Croissancebaisse Prevision Insee 2016 Echec Deficits
3,4%En 2016 le déficit public de la France a été de 3,4 %.

Le gouvernement d’Edouard Philippe se retrouve face à un problème de taille : lé déficit public de la France, qui doit être sous les 3 % fin 2017 si l’Hexagone ne veut pas subir la colère de Bruxelles et, accessoirement, une amende de 4 milliards d’euros, va mal. Le dernier gouvernement de François Hollande aurait lancé des réformes sans les budgéter ce qui a fait déraper la dépense publique et le déficit.

Le gouvernement doit donc choisir entre risquer une amende de Bruxelles et trouver des nouveaux fonds. Il semblerait qu’il veuille prendre le risque.

Emmanuel Macron ne veut pas augmenter les impôts

Si rien n’est décidé, le gouvernement attend le résultat de l’audit de la Cour des Comptes qui devrait être rendu jeudi 29 juin 2017, la promesse de ne pas augmenter les impôts des Français devrait être maintenue. Christopher Castaner, porte-parole du gouvernement interrogé lors du Grand Jury LCI/RTL/Le Figaro, a promis en effet qu’il « n’y aura pas de loi de finance rectificative ».

En théorie, donc, le gouvernement écarte aujourd’hui toute augmentation d’impôts des Français malgré le risque de voir le déficit déraper. Emmanuel Macron, lors de sa campagne présidentielle, avait en effet promis de grosses baisses d’impôts afin de rendre un peu de pouvoir d’achat aux Français.

Des coupes dans les ministères et une augmentation de la fiscalité du Diesel ?

Si le gouvernement s’interdit d’augmenter les impôts, Christophe Castaner prévoit même que la promesse de campagne de Macron de baisser les impôts sera maintenue, il ne peut pas oublier le risque d’amende.

La solution semble toute faite : des coupes budgétaires au niveau des ministères. « Nous corrigerons le tir dans la gestion ministère par ministère » a déclaré le porte-parole du gouvernement. Ce sera à Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, et Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes Publics, qui vont se charger de « faire des propositions » lorsque l’audit de la Cour des Comptes sera publié.

Une option, simple, s’offre au gouvernement : augmenter les taxes sur le Diesel. La fiscalité du Diesel, avantageuse par rapport à celle de l’essence, doit augmenter pour que les deux soient au même niveau. Une augmentation prévue à court terme par Ségolène Royal mais qui pourrait être accélérée pour débloquer des fonds et assainir les comptes publics.

Ce qui reviendrait, en fait, à une augmentation des taxes pour les Français roulant au Diesel. Mais une augmentation justifiée par le fait que le problème du Diesel est un problème « de santé publique ».

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio