Informatique : le PC ne fait plus recette

Par Olivier Sancerre Modifié le 13 avril 2016 à 6h56
Shutterstock 158080031
288 MILLIONSEn 2015, 288 millions de PC ont été vendus dans le monde.

Les ventes de PC au premier trimestre de cette année suivent la tendance de 2015 : en chute libre, ou presque. Les chiffres des livraisons donnés par IDC et Gartner, qui font autorité dans le secteur, sont en effet mauvais.

Les deux instituts donnent de 10 à 11,5% de baisse des livraisons pour l'ensemble des constructeurs de PC. En tout, ces derniers ont écoulé 60 millions d'ordinateurs, un chiffre que l'on n'avait plus vu depuis 2007.

Conjoncture

Le constat est sans appel, et il s'appuie sur plusieurs raisons conjoncturelles. La première est la hausse du dollar, qui enchérit le prix des ordinateurs et qui refroidit l'acte d'achat : les consommateurs préfèrent conserver leurs anciens PC plutôt que d'en acquérir un nouveau.

Cette tendance est d'autant plus vraie que Windows 10, la dernière version du système d'exploitation de Microsoft, est gratuit : il suffit de le télécharger et de l'installer pour donner un second souffle à son PC… En Chine, le marché bascule de l'équipement au renouvellement : les consommateurs chinois sont maintenant bien équipés.

Smartphones

Mais il existe une explication structurelle, plus profonde, dont l'impact va se faire sentir encore longtemps : les smartphones. De plus en plus grands et puissant, les téléphones se substituent, pour beaucoup, à l'ordinateur classique. Le smartphone sait en effet accomplir la plupart des tâches traditionnelles d'un PC, alors pourquoi devoir s'encombrer d'une machine encombrante ?

C'est en particulier le cas sur les marchés émergents ainsi que dans les foyers qui n'ont pas les moyens d'un smartphone et d'un PC : souvent, le choix se porte d'abord sur le premier, plus maniable, souvent moins cher. Jusqu'où peut descendre le marché du PC ? Plus bas encore, même si IDC comme Gartner pronostiquent un rebond pour cette année.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.