Le miel, un antibiotique et un antibactérien naturel

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Partenaire Modifié le 22 avril 2022 à 10h13
Le Miel Un Antibiotique Et Un Antibacterien Naturel

Utilisé depuis des siècles dans la pharmacopée de plusieurs civilisations, le miel a continué d’occuper la première place d’antibiotique qui lui était reconnue jusqu’à l’arrivée des antibiotiques. Mais, se retrouvant en difficulté face aux microbes et bactéries de plus en plus coriaces sur lesquels les antibiotiques sont sans effet, les chercheurs du milieu médical conseillent de retourner à la source pour redonner à ce remède naturel ses pouvoirs d’antibactérien et d’antibiotique.

Quelle est la composition du miel ?

Il existe une multitude de variétés de miels, dont notamment le miel de Châtaignier, de sapin, de pissenlit, de thym, le miel de manuka… Bien qu’ils soient issus de différentes plantes et aient leurs propres vertus, ils ont pour la plupart une même composition. Ainsi, quelle que soit sa provenance, le miel est composé :

• D’eau à hauteur de 17 % ;

• D’hydrates de carbone à un taux de 79,5 % ;

• D’autres particules occupant 3,5 % de la composition.

Toutefois, il est très fréquent de trouver d’autres éléments dans sa teneur étant donné que les abeilles ne se nourrissent pas mêmement d’une région à une autre.

Quelles sont les propriétés antibactériennes du miel ?

Le miel est connu depuis toujours comme un remède qui possède des vertus anti-infectieuses. En effet, ce produit de la ruche est riche en glucose oxydase, un enzyme à l’origine de la production du peroxyde d’hydrogène. Le peroxyde d’hydrogène étant un excellent antiseptique qui permet de lutter contre la prolifération de différentes sortes de bactéries et de virus, mais aussi contre les infections fongiques.

Ces vertus antibactériennes ont un effet curatif sur les infections provoquées par les brûlures, les plaies et autres blessures mineures. Le miel aurait également un effet osmotique sur les bactéries et champignons. À cet effet, sa faible teneur en eau lui permet d’absorber l’eau au niveau des plaies, faisant en sorte d’entraver l’accrochage des germes. Grâce aux protéines qu’il contient, ce remède constitue un puissant inhibiteur qui empêche le développement des germes.

En appliquant du miel sur vos plaies et inflammations, vous accélérez leur cicatrisation. Aussi, pour les personnes qui souhaitent calmer les acnés, il suffit d’ajouter une cuillerée de miel dans son masque pour avoir de meilleurs résultats. Ces effets apaisants associés aux vertus antibactériennes du miel en font une solution efficace contre la croissance des bactéries.

Le miel : un produit à prendre avec précaution

Bien qu’il soit conseillé pour ses propriétés antimicrobiennes, cet excellent produit issu de la ruche doit être pris avec précaution surtout lorsqu’il est non pasteurisé. Il est fortement déconseillé chez les femmes enceintes et en ingurgitation chez les enfants de moins d’un (01) an. La raison en est que les abeilles le produisent à base de poussière contenant un amas d’éléments tels que le Clostridium botulium.

Cette bactérie contenue dans le miel peut causer des affections au niveau du système nerveux du bébé. Car, contrairement à l’adulte chez qui l’estomac est déjà bien acide, le système immunitaire de l’enfant n’est pas encore apte à constituer des protections contre ce type de micro-organisme. Ainsi, en traversant son tube digestif, cette bactérie se mélange aux sucs digestifs pour y faire croître une multitude de spores qui déclenchent finalement un botulisme infantile chez l’enfant.

Cette bactérie produit également une toxine qui lorsqu’elle passe dans la circulation sanguine de l’enfant, peut s’avérer très dangereuse pour sa santé. C’est la raison pour laquelle le miel n’est pas recommandé, que ce soit par ingestion ou par application, chez les bébés.

Hormis ce cas, la prise régulière de miel constitue une option de choix à considérer pour permettre à son organisme de se renforcer et d’être en santé.