Les États-Unis relèvent les droits de douane sur l’aluminium

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Partenaire Modifié le 14 octobre 2020 à 14h11
La Maison Blanche
1,96 milliars $L'augmentation des droits de douane sur l'aluminium va représenter 1,96 milliards de dollars de marchandises.

À l'aube des nouvelles élections présidentielles, Donald Trump a relancé la guerre commerciale avec les pays Européens et Asiatiques. L'administration américaine a annoncé le 09 octobre dernier une augmentation des droits de douane sur les tôles en aluminium. C'est une décision qui pourrait rapport près de 2 milliards de dollars à Washington.

Une décision avec application immédiate

En pleine campagne électorale, Donald Trump n'oublie pas la guerre commerciale à laquelle il se livre depuis le début de son mandat. Avec la crise sanitaire que nous vivons actuellement, les tensions s'étaient quelque peu apaisées. Malheureusement, ces mêmes tensions ont ressurgi à la vue de cette nouvelle décision choc prise par le gouvernement Trump.

Cette décision s'inscrit dans une politique de protectionnisme de la part de Donald Trump qui vise à réduire les importations et les exportations vers les autres pays. Les exportateurs principaux touchés par cette loi sont l'Allemagne, le Brésil, l'Espagne, l'Inde ou encore le Bahreïn.

Par ailleurs, cette décision du chef du gouvernement américain n'est pas encore définitive, ce sera à la Commission américaine du commerce international de décider, en février 2021, de la nécessité ou non d'augmenter les frais de douane sur les importations d'aluminium. Pour rappel, cet alliage d'aluminium, grâce à l'utilisation d'un découpeur plasma, est utile dans de nombreux secteurs comme l'élaboration de cuisine, dans la décoration d'intérieur ou encore dans l'automobile. Cette décision va représenter 1,96 milliards de dollars marchandises, selon le secrétaire américain au Commerce Wilbur Ross.

La Chine non concernée par cette décision

Contre toute attente, la Chine est plutôt épargnée par ce décret. En effet, elle est déjà lourdement sanctionnée par des droits de douanes supplémentaires sur des centaines de produits différents. Pour rappel, c'est entre Washington et Pékin que cette guerre avait commencé au printemps 2018. À cette époque-là, les importations d'acier et d'aluminium avaient été taxées à hauteur de 25% et 10% respectivement. Pour répliquer, le gouvernement chinois avait annoncé des représailles sur les produits de première nécessité en ciblant particulièrement la viande et les fruits.

Depuis le printemps 2018, la Chine et les États-Unis sont engagés dans un bras de fer qui a conduit la société américaine à une réduction du déficit commercial avec Pékin mais l'a agrandi avec les autres pays du monde. Par la suite, les deux pays avaient donc signé un accord de coopération qui n'a visiblement pas réglé tous les problèmes. Par ailleurs, de nombreuses autres restrictions sont encore en vigueur, notamment sur l'automobile, les vins ou les fromages.