Les Français veulent savoir où et comment est fabriqué leur Smartphone

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Publié le 25 octobre 2015 à 21h32
Marques Mobiles Site Optimisation Smartphones
6La France est le sixième importateur mondial de téléphones portables.

6g d'étain, 0,80g de tungstène, 0,04g de tantale et 0,6g d'or : voici ce que contient, d’après un article du Figaro, un téléphone portable. Or peu de Français le savent. Et c’est là tout le problème : ils aimeraient bien savoir comment est produit un portable, avec quels matériaux, venant de quels pays.

Les minerais du sang

Un sondage commandé par Amnesty International et dont les résultats sont publiés par Le Figaro révèle que 83 % des Français demandent des règles plus strictes concernant la fabrication de portables dans des zones de conflits.

En fait, les minerais contenus dans les portables sont sources de nombreux conflits sur la planète, notamment dans les pays où ils sont extraits. "En République démocratique du Congo, en Colombie, ou encore en Birmanie, des groupes armés tirent profit du commerce de ces matières premières qui servent à fabriquer les téléphones portables et ordinateurs dont nous nous servons tous les jours" explique Amnesty International dans un communiqué.

80% des ressources mondiales de certains minerais indispensables à nos téléphones portables, nos ordinateurs portables, nos consoles de jeux, nos appareils photo numériques, nos tablettes se trouvent en effet au Congo.

Les fabricants de téléphones portables n’exploitent pas directement les usines ou les mines en question. Grâce à des sociétés écrans et des intermédiaires, ils peuvent prétendre ignorer la terrible réalité.

Si j'avais su...

Sans le vouloir, sans le savoir le plus souvent, les utilisateurs de téléphones portables se rendraient complices de crimes générés autour de ce commerce, décrits par l’association, comme "l’esclavage, les disparations forcées, les meurtres, la torture ou le viol".

D’après l’enquête, les deux-tiers des consommateurs disent que s’ils étaient informés des problèmes dramatiques posés par ces minerais, nécessaires à la fabrication de leur Smartphone, ils opteraient pour des appareils produits dans des zones où les droits humains sont respectés.

Or un nouveau règlement européen impose depuis peu des procédures de contrôle à toutes les entreprises qui vendent des produits high-tech.

Il serait temps : il se vendrait cinquante-sept téléphones toutes les secondes à travers le monde.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.