Les inégalités se creusent plus que jamais en France

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 22 mai 2015 à 9h54
Pq Papier Toilette Luxe Achat Mode Couleur
10%En France, les 10% les plus aisés détiennent la moitié du patrimoine net des ménages.

Jusque-là, la France échappait plutôt à la règle qui veut que les écarts entre privilégiés et défavorisés se creusent au fil des ans. Mais cette ère est révolue. Ces dernières années, la France est l'un des pays développés où les inégalités entre les riches et les pauvres se sont le plus creusées, d’après un rapport de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Pauvre un jour, pauvre toujours ?

Certes la France reste moins inégalitaire que la moyenne des 34 pays de l’OCDE, mais pour combien de temps ? Les inégalités ont davantage augmenté dans l'Hexagone que dans les autres pays entre 2007 et 2011. En 2007, les plus riches gagnaient par exemple 6,8 fois plus que les plus pauvres. En 2013, ils gagnaient 7,4 fois plus (contre 9,6 fois plus dans la zone OCDE).

Les riches ont continué à s’enrichir (les 10% de personnes ayant les revenus les plus élevés ont vu leur revenu augmenter de 2% par an en moyenne), et les pauvres à s’appauvrir (les 10% de personnes avec les revenus les plus faibles ont connu une baisse de 1%).

Pourtant, depuis les années 1980, les inégalités avaient tendance à être stables en France.

Un point critique atteint dans le monde entier

Dans le monde entier, dans les pays développés comme dans les nations émergentes, les inégalités se sont renforcées au fil des crises économiques.

"Nous avons atteint un point critique. Les inégalités dans les pays de l'OCDE n'ont jamais été aussi élevées depuis que nous les mesurons", a déclaré un responsable de l’institution.

Au sein de l’OCDE, elles sont particulièrement marquées aujourd’hui au Chili, au Mexique, en Turquie, aux Etats-Unis et en Israël. En revanche, le Danemark, la Slovénie, la Slovaquie et la Norvège tirent mieux leur épingle du jeu.

Or les inégalités ont un coût social, mais aussi économique. On estime qu’elles ont amputé la croissance de 4,7% entre 1990 et 2010 en moyenne dans les 19 pays de l'OCDE analysés.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.