Loi Macron : les Français n’y croient pas

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Modifié le 9 janvier 2015 à 8h06

Et ce n'est pas vraiment le moment pour aller faire de l'explication de texte dans les médias. Selon 56 % des Français interrogés par l'institut CSA dans un sondage pour Les Echos, Radio Classique et l'Institut Montaigne, la loi Macron, du nom du ministre de l'Economie et des Finances, ne permettra pas de relancer l'économie tricolore. Rappelons que le texte de "modernisation de l'économie" propose de libéraliser certaines activités ou certaines pratiques, pour améliorer la concurrence ou permettre à de nouveaux services ou usages de se développer.

La loi Macron prévoit ainsi la libéralisation du transport par autocar, pour permettre l'émergence de lignes de transport routier venant concurrencer les grandes lignes de train, non seulement dans le sens Paris Province mais aussi sur les axes transversaux, aujourd'hui très mal désservis. Le trajet sera plus long, parfois, deux à fois plus que le temps de trajet en TGV, mais il sera aussi beaucoup moins cher que le tarif standard de seconde classe, permettant paraît-il à 30 % des passagers du car de voyager, alors qu'ils n'auraient pas pris le train.

La loi Macron propose aussi d'augmenter (un peu) le nombre de dimanches travaillables, passant le plafond de cinq à douze dimanches par an. Enfin, malgré la fronde, la loi prévoit aussi de mettre en concurrence certaines professions juridiques (notaires, avocats, huissiers) sur certains actes qui leur incombent exclusivement aujourd'hui afin de faire baisser les prix.

Le sondage CSA révèle que toutes les catégories sociales sont sceptiques quant à l'efficacité de la loi Macron, sauf les plus aisées ! Plus de 60 % des cadres et des professions libérales pensent qu'elle pourra changer quelque chose, quand les ouvriers ne sont que 23 % à y croire. Politiquement, plus l'on se rapproche des extrèmes, moins on y croit, seuls les partisans de l'UDI et du Modem et ce qu'il reste de sympathisants socialistes déclarés pensent que la loi Macron produira des effets bénéfiques, à 55 %. Ce qui, au final, ne fait pas lourd dans la balance, et donne bien une majorité de Français sceptiques. QOD.

pole emploi

Avec un chômage à 10,5 %, diffiicile de croire à l'efficacité des mesurettes de la loi Macron.

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018. Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).