Maroc : Total ne dispose que d’une autorisation de reconnaissance

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Economie Matin Afrique Publié le 17 décembre 2012 à 11h02

Suite à son interpellation par Western Sahara Resource Watch au sujet du champ de Anzarane situé au large des côtes du Sahara occidental, la compagnie française Total a clarifié sa position en soulignant qu’elle ne disposait à ce jour que d’une autorisation de reconnaissance et non d’une licence d’exploration, et moins encore d’une licence d’exploitation.

La réponse de Total tient en cinq points :

1. Le 2 décembre 2011, TOTAL E & P Maroc et l’ONHYM (Office National des Hydrocarbures et des Mines) ont reçu une autorisation de reconnaissance couvrant la zone offshore Anzarane. Les informations précises sur zone extracôtière Anzarane ont été publiées pendant le premier trimestre 2012 sur le site Web de l’ONHYM, ainsi que tous les accords pétroliers, les contrats de reconnaissance et de superficies ouvertes.

2. Au cours de la première année de reconnaissance, notre filiale a réalisé diverses études géologiques et géophysiques et a complété un relevé marin au cours de l’été 2012. ONHYM et notre filiale locale ont fait une demande de prolongation d’un an pour traiter et interpréter les études sismiques en cours.

3. Notre filiale locale a mené des travaux d’évaluation dans la même région il y a 10 ans. L’émergence de nouveaux indices sur le potentiel en hydrocarbures de la région, et l’amélioration des technologies sismiques nous amènent à demander une nouvelle autorisation de reconnaissance sur la même zone.

4. Il est important de rappeler qu’une autorisation de reconnaissance n’est ni un contrat d’exploration, ni un contrat d’exploitation. Il permet des travaux d’évaluation et des enquêtes de nature géologique et géophysique en vue d’évaluer la nature pétrolifère du sous-sol, et elle exclut des forages exploratoires. Ce type d’autorisation de reconnaissance est courant dans l’industrie du pétrole et du gaz, en particulier dans les pays ou régions où l’existence d’hydrocarbures n’a pas encore été démontrée.

5. Notre filiale a travaillé dans la zone offshore susmentionnée en conformité avec les dispositions de la lettre Conseiller juridique de l’ONU datée du 29 Janvier 2002, adressée au Président du Conseil de sécurité des Nations unies, qui stipule que de tels contrats de reconnaissance et d’évaluation « ne sont pas en eux-mêmes illégaux ». Si les résultats de la période de reconnaissance sont encourageants, toutes activités d’exploration et d’exploitation seront menées en conformité avec les « principes de droit international applicables aux activités touchant aux ressources minérales des territoires non autonomes » et non pas « au mépris des intérêts et de la volonté du peuple du Sahara occidental ».

Globalement, telle qu’il est exprimé dans notre Code de conduite, « TOTAL respecte toutes les lois, règlements et décisions des Nations Unies et de l’Union européenne » et respecte les règles de UN Business and Human Rights.