La maturité sur le lieu de travail – un investissement sage

Par Stéphane de Jotemps Publié le 7 janvier 2021 à 15h33
Seniors Travail
99,7%99,7% des entreprises en France sont des PME de moins de 250 salariés

Aujourd'hui, de nombreuses entreprises sont focalisées sur l'acquisition d'un ensemble de compétences techniques, une approche qui, selon certains, favorise les jeunes générations, ou les « natifs du digital » qui sont capables de naviguer de manière plus intuitive à travers les nouvelles technologies.

Alors que les plus jeunes peuvent - en général - détenir un avantage en ce qui concerne le savoir et les compétences techniques, accorder trop grande importance à de telles compétences risque d'aliéner une grande partie de la main-d'œuvre qui jouera un rôle de plus en plus important dans la croissance économique future. La valeur des « compétences générales » telles que la communication et le travail d’équipe, par exemple, en plus de la résolution des problèmes, du discernement émotionnel, de la déontologie professionnelle et de l’expérience de vie, est aujourd’hui appréciée à juste titre.

En fait, selon un article de Deloitte Access Economics, les professions requérant d’importantes compétences générales devraient représenter les deux tiers de tous les emplois d'ici 2030, contre la moitié en 2000. En outre, le nombre d'emplois dans les domaines requérants d’importantes compétences générales devrait croître 2,5 fois plus vite que les autres emplois.

Il est important de se rappeler que malgré les progrès de l’automatisation qui semblent inarrêtables sur le lieu de travail – ce qui aura un impact aussi bien sur les travailleurs plus jeunes que plus âgés - certaines compétences ne peuvent pas être automatisées avec aisance. Qu'il s'agisse d’un discernement social de qualité, de la réflexion critique ou de la capacité de « tout simplement savoir » ce qu'il convient de faire en cas de crise, la maturité et l'expérience demeurent des produits précieux, même à l'ère de la transformation digitale.

En effet, l'analyste du secteur des RH Josh Bersin suggère qu’il est nécessaire de remettre en cause certaines définitions désuètes du lieu de travail : « Les compétences techniques (« hard skills ») sont intelligibles (« soft », car elles évoluent tout le temps, sont constamment obsolètes et sont relativement faciles à apprendre), et les compétences générales (« soft skills ») sont difficiles (« hard » car elles sont difficiles à développer, cruciales et car leur acquisition requiert un effort extrême) ». C’est pour cette raison qu’il les appelle « compétences de pouvoir ». Selon lui, les compétences du futur ne sont pas techniques, elles sont comportementales.

Une combinaison imbattable de jeunesse et d'expérience

Les avantages d'une main-d'œuvre qui réussit à combiner jeunesse et expérience sont incontestables. Quiconque évolue sur le marché du travail depuis une dizaine d’années ou plus a eu, par exemple, le temps de comprendre les politiques de l’emploi, a été exposé à un large éventail de personnes et a développé une certaine conscience de soi. Pour la plupart d’entre nous, cela n’arrive qu’au fil des kilomètres que nous parcourons, en nous imprégnant des diverses expériences depuis notre rôle « d’étudiant » sur le lieu de travail vers celui d’enseignant.

De surcroît, les collègues expérimentés sont aguerris à la communication des idées, au travail avec des personnes évoluant à différents niveaux d’une entreprise et à la résolution des problèmes. En bref, la « maturité » et l'expérience vécue ont une valeur inestimable pour une entreprise, en ce qu’elles suscitent une réflexion en profondeur qui apporte un certain équilibre à une main-d'œuvre plus jeune et rend une équipe plus forte.

L'expérience est également cruciale en cas de problème - une réalité manifestement inévitable dans tout environnement professionnel. Il est ainsi possible qu’une jeune recrue ayant obtenu son diplôme en tant que premier de sa promotion, ne sache pas encore réagir comme il se doit sous la pression. Bien que sa contribution puisse encore être appréciable, la maturité crée des employés qui sont plus résilients face aux problèmes.

Par exemple, quasiment chaque employé expérimenté saura probablement se remémorer de ses débuts, lorsqu’un collègue plus âgé est devenu un mentor apprécié, l’a aidé à surmonter une crise ou à éviter de commettre des erreurs. Au cours des années de formation sur le lieu de travail, des collègues plus matures et solidaires peuvent avoir un impact fondamental sur la carrière des plus jeunes. Dans les bonnes conditions, leur influence peut être profonde et créer des relations qui durent bien au-delà de toute collaboration professionnelle.

Depuis la perspective d'un collègue plus âgé et expérimenté, aider les jeunes à réussir pourrait constituer l'une des expériences professionnelles les plus valorisantes. L'employeur tirera profit d’une telle solution dans le cadre de laquelle les nouveaux talents ont l’occasion de profiter d’une expérience avérée.

Par ailleurs, s’il est essentiel pour les entreprises d’adopter et d’identifier en permanence des méthodes d’application des nouvelles technologies, ce sont souvent les employés les plus expérimentés, qui connaissent le secteur en profondeur, qui sont en mesure d’identifier les opportunités d’optimisation des processus et des systèmes. La technologie est inutile sans une équipe apte à résoudre les problèmes, qui permettra de l'utiliser efficacement. En effet, de nombreuses études ont montré que les entreprises hétérogènes en termes de genre, d’ethnies et de cultures fonctionnent mieux. Une étude de l'Université de Zurich a ainsi révélé qu’une structure des âges plus diversifiée peut avoir des effets positifs substantiels sur la productivité, en particulier au sein des entreprises innovantes et créatives.

Les entreprises focalisées sur les progrès boostés par la technologie doivent établir un équilibre avec le capital humain irremplaçable. Les employeurs qui investissent dans la sagesse que la maturité apporte sur le lieu de travail peuvent promouvoir les caractéristiques que de nombreux chefs d'entreprise contemporains disent apprécier le plus. De la créativité et l'innovation à l'intelligence émotionnelle en passant par la capacité à gérer la pression, l’argent investi dans l’expérience sur le lieu de travail sera toujours bien dépensé.

Stéphane de Jotemps est VP Sales chez Skillsoft France.