Crise : le nombre de personnes sans-domicile a augmenté de 50% depuis 2001

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 3 juillet 2013 à 2h51

"Zéro SDF en 2007" avait lancé Lionel Jospin, alors Premier ministre, en 2002. Onze ans après sa déclaration, le nombre de personnes ne possédant pas de domicile personnel explose : ils étaient l'an dernier au moins 141 500, recensés par l'Insee, soit une augmentation de 50% par rapport à 2001. Parmi eux, des milliers de femmes, et au moins 30 000 enfants.

A la campagne et dans les petites villes, 8 000 personnes sont sans domicile

L'Institut a mené son enquête auprès des gens ayant fréquenté des services d'hébergement ou de restauration dans des agglomérations de plus de 20 000 habitants. Parmi eux, notamment des personnes qui déclarent n'avoir aucun toit fixe sur leur tête et les enfants qui les accompagnent, mais aussi des étrangers demandeurs d'asile hébergés depuis parfois de longs mois dans des centres d'accueil et qui attendent d'être fixés sur leur sort. A toute cette population sans maison, il faut ajouter les sans-domicile vivant à la campagne et dans les petites villes de moins de 20 000 habitants. Ils sont encore 8 000 dans ce cas.

Deux sans-domicile sur cinq sont des femmes

Sur les 81 000 adultes sans domicile, 47% sont de nationalité française, les autres étant étrangers, francophones (35%) ou non (18%). Parmi les adultes francophones dépourvus d'un appartement, deux sur cinq sont des femmes. Elles s'en sortiraient moins mal, si l'on peut dire, que les hommes. Leurs hébergements, bien que temporaires, sont relativement plus stables, c'est-à-dire qu'elles sont davantage hébergées dans des logements associatifs ou à l'hôtel, notamment quand elles ont des enfants, que dans des centres qu'elles doivent quitter au petit matin avant de retourner errer dans la rue.

Autre enseignement de cette étude, 25% de ces sans-domicile a un travail régulier ou du moins un « petit boulot ». Des travailleurs pauvres, qui n'ont parfois pas les moyens de payer un loyer, notamment en région parisienne, ou qui ne trouvent pas de logement décent et stable pour poser leurs bagages.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.