Orange serait intéressé par Bouygues Telecom et TF1

Par Olivier Sancerre Modifié le 7 décembre 2015 à 22h55
Shutterstock 316790060
2,8 MILLIARDSLes quatre opérateurs ont dépensé 2,8 milliards d'euros pour acheter des fréquences 700 MHz.

La recomposition du paysage de la téléphonie française pourrait bien connaître un nouveau coup de théâtre. Après Altice qui s'est offert SFR l'an dernier, on évoque désormais des discussions entre Orange et Bouygues.

Et l'enjeu de ces négociations n'est pas mince : il ferait de l'opérateur historique le propriétaire de Bouygues Telecom d'une part, et des activités du groupe de BTP dans les médias. On parle là de TF1 bien sûr, mais aussi de sa galaxie de chaînes sur la TNT (NT1, HD1, TMC…) et LCI. Bouygues reviendrait à ses premières amours, c'est à dire la construction.

Rumeur

La rumeur est véhiculée par Bloomberg, un site américain qui plaisante rarement et bénéficie de sources solides. Pour autant, ce projet d'acquisition a de quoi interroger. D'une part, parce qu'on se demande quel intérêt aurait Orange à acquérir un tel groupe audiovisuel. Certes, l'opérateur possède bien quelques chaînes relativement confidentielles (OCS pour les séries TV), mais rien de comparable à l'empire TF1.

N'oublions pas que l'État possède 13,5% du capital d'Orange : en achetant le groupe TF1, l'État — qui détient évidemment les clés de France Télévisions — possèderait donc une partie non négligeable de la première chaîne privée de France. Un drôle d'échafaudage qui risque ne pas passer les fourches caudines de Bruxelles.

Activités

Tout comme d'ailleurs l'addition des activités d'Orange et de Bouygues Telecom : ensemble, l'entité possèderait une majorité des parts de marché dans le secteur de la téléphonie. Il n'est absolument pas certain que l'Autorité de la concurrence, l'Arcep et les concurrents laissent passer… Dans le cas de la confirmation de l'intérêt d'Orange pour son concurrent, il sera sans doute indispensable que Bouygues Telecom cède tout ou partie de son réseau à un tiers, et pourquoi pas… à Free.

À l'époque où Bouygues cherchait à récupérer SFR, l'opérateur avait en effet pris contact avec le trublion de la téléphonie mobile pour négocier une cession de son réseau. L'histoire en a décidé autrement, mais le sujet pourrait toujours être sur la table.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.