Paris : le stationnement en surface privatisé, bonjour les amendes !

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 13 décembre 2022 à 20h40
Paris Stationnement Argent Amendes Privatisation Hidalgo 2018
300 MILLIONS €La ville de Paris aurait un manque à gagner de 300 millions d'euros par an à cause des stationnements impayés.

La maire de Paris, Anne Hidalgo, n'en finit pas de chambouler la vie des Parisiens, surtout celles et ceux qui utilisent une voiture. Après avoir annoncé et validé la piétonisation des voies sur berge, voilà qu'elle s'attaque au stationnement en surface, soit le stationnement dans la rue. Il va être confié à des gestionnaires privés.

Le stationnement en surface privatisé en 2018

Dans un entretien accordé au Journal du Dimanche le 23 octobre 2016, Anne Hidalgo détaille son plan pour concernant le stationnement en surface dans sa commune. Un plan qui vise à faire rentrer de l'argent dans les caisses de la ville qui sont, comme tout le monde le sait, vides : la ville de Paris se traîne une dette de 4,7 milliards d'euros, en forte hausse depuis la crise économique de 2008.

A côté des diverses taxes foncières, qui augmentent chaque année, et taxe d'habitation, qui augmentent aussi, la Mairie de Paris, comme toutes les mairies de France, a un autre point d'entrée pour l'argent : le stationnement en surface... et les amendes qui vont avec. Or, à Paris, les automobilistes ne sont pas des amateurs de parcmètres.

Selon les chiffres d'Anne Hidalgo, 91 % des automobilistes "ne mettent pas d'argent dans le parcmètre". Une situation qui retire à la commune quelques 300 millions d'euros par an. C'est donc tout naturellement que la mairie va donner en gestion ces places de parking à des sociétés privées. Les contrôles seront plus fréquents... et les amendes aussi.

Augmenter les sanctions et récupérer des agents

Actuellement ce sont des agents de la police municipale ou des adjudants à la circulation qui ont la tâche de vérifier le paiement du stationnement et de sanctionner le cas échéant. Dès le 1er janvier 2018, selon le plan de la Maire de Paris, ce seront des entreprises privées qui auront cette tâche. La ville et ses stationnements seront divisés en 3 lots de 50 000 places chacun qui seront donnés en gestion.

Anne Hidalgo se veut rassurante : "la ville conservera la maîtrise totale de sa politique de stationnement", continuera de fixer les tarifs et sera seule bénéficiaire de l'argent des parcmètres. Va-t-il toutefois y avoir une politique du bonus au résultat pour les gestionnaires ? Personne ne le sait encore.

Le nombre d'amendes devrait donc exploser ou, à défaut, les montants mis dans les parcmètres. Mais la ville pourrait également récupérer pour d'autres tâches les quelques 1 600 agents actuellement affectés au stationnement. Ces derniers auront d'autres missions dont la gestion du stationnement gênant our encore la "lutte contre les incivilités" prévient Anne Hidalgo dans les colonnes du JDD.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio