Un Français sur deux s’attend à voir baisser son pouvoir d’achat dans les prochains mois

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Publié le 22 mai 2014 à 8h05

Il semblerait que l’annonce par le gouvernement de baisses d’impôts n’ait pas réussi à redonner confiance aux Français quant à leur avenir économique. D’après un sondage publié ce jeudi, ils sont 56 % à s’attendre à une baisse de leur pouvoir d’achat dans les mois à venir.

Le retournement de l’économie, cela ne semble pas pour maintenant !

56 % des Français craignent une baisse de leur pouvoir d'achat

D’après un sondage Viavoice pour BPCE, Les Echos et France Info publié jeudi 22 mai, le nombre de Français anticipant une baisse de leur pouvoir d’achat a encore augmenté. Et cela malgré la promesse du gouvernement de baisser les impôts pour 3,2 millions de ménages modestes. Ils sont en effet 56 % à craindre une baisse de leur pouvoir d’achat dans les mois à venir, soit trois points de plus qu’en avril.

Les Français pessimistes quant à leur avenir économique

Parmi les autres chiffres à tirer de ce sondage, on retiendra que 5 % seulement des personnes interrogées croient en une amélioration de leur pouvoir d’achat dans les mois à venir, contre 9 % en avril dernier, soit une autre baisse de quatre points. Le signe d'un pessimisme en augmentation chez nos compatriotes. Enfin, il faut également noter que chez les ouvriers, 51 % des sondés estiment également subir une baisse de leur pouvoir d’achat, une proportion qui reste stable.

Après les baisses d'impôts, les baisses des prix

Malgré ces chiffres, 52 % des personnes interrogées estiment que les baisses d’impôts sur le revenu sont les seules moyens crédibles pour augmenter le pouvoir d’achat des Français. Enfin, 50 % des sondés attendent du gouvernement qu’il baisse les prix à la consommation pour contrer un pouvoir d’achat en berne.

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense.