Retraites, la réforme impossible

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Jacques Bichot Publié le 7 septembre 2022 à 15h23
Agirc Arrco Salarie Retraite Taux
65%Un an avant la retraite, 65% des seniors n'exercent plus d'activité.

Pour réformer le système français de retraites, celles des régimes complémentaires comme celles de la sécurité sociale et celles des fonctionnaires et autres « régimes spéciaux », il serait bon que les responsables de cette réforme aient une idée claire et juste de la façon dont fonctionnent réellement les retraites dites « par répartition », ceci quel que soit le camouflage juridique choisi par le législateur.

Hélas, ce camouflage a été une réussite prodigieuse : à de rares exceptions près, les citoyens croient préparer leur propre pension quand leurs revenus sont ponctionnés au profit des retraités. La fiction légale a remplacé la réalité économique, qu’Alfred Sauvy exprimait de manière lumineuse : « nous ne préparons pas nos retraites par nos cotisations, mais par nos enfants »

Un fonctionnement juridique basé sur la magie du « en même temps »

Le droit des retraites, en France mais aussi dans bon nombre d’autres pays, met en place des prélèvements sur les revenus du travail – les « cotisations retraite » - qui constituent le plus bel exemple du « en même temps » cher à l’actuel président de la République française. Prélevées par les caisses de retraite « par répartition », ces cotisations sont immédiatement dépensées pour verser des pensions aux retraités, mais en même temps elles ouvrent des droits à pension. La sagesse populaire nous dit que l’on ne peut pas « être et avoir été », mais le législateur a cru pouvoir faire mentir ce dicton : les cotisations « de retraite » servent premièrement à faire vivre les retraités, et deuxièmement elles ouvrent des droits à pension aux actifs qui les versent.

L’oubli dramatique de l’investissement dans la jeunesse

En fait, les pensions futures sont préparées par l’investissement dans le capital humain : les grossesses, les accouchements, les soins aux nouveau-nés, l’entretien des enfants, leur formation à la maison, à l’école et dans les mouvements de jeunesse, voilà ce qui concrètement, réellement, prépare les futures retraites.

Le législateur a reconnu, mais de façon très marginale, le lien qui existe entre élever des enfants et préparer les futures retraites : les pères et mères de famille obtiennent des petits bonus quand ils ou elles liquident leurs pensions. Mais ces balbutiements législatifs se situent à des années-lumière d’une véritable reconnaissance du théorème de Sauvy. Le grand démographe indiquait clairement que le fondement des droits à pension est la mise au monde des enfants et leur éducation, au sens large du terme, qui englobe l’apport parental et toutes les mesures et institutions contribuant à la préparation des futurs adultes.

Hélas, un message n’a pas été entendu, ou si peu : celui d’Alfred Sauvy et de quelques personnes et institutions qui ont pleinement conscience de l’importance qu’a l’économie du capital humain, et donc de la démographie. Le rôle économique de la formation des jeunes et de la formation continue est fondamental, mais il a été voilé par une façon bécassine de concevoir les institutions sociales : la priorité est donnée à l’aide, pas à l’investissement. Il nous faut retrouver le sens du dicton selon lequel donner un pain, cela nourrit seulement un jour, alors que former un jeune, cela conduit à une victoire durable sur la pauvreté.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Jacques Bichot est économiste, mathématicien de formation, professeur émérite à l'université Lyon 3. Il a surtout travaillé à renouveler la théorie monétaire et l'économie de la sécurité sociale, conçue comme un producteur de services. Il est l'auteur de "La mort de l'Etat providence ; vive les assurances sociales" avec Arnaud Robinet, de "Le Labyrinthe ; compliquer pour régner" aux Belles Lettres, de "La retraite en liberté" au Cherche Midi et de "Cure de jouvence pour la Sécu" aux éditions L'Harmattan.