Vive la République cachotière ! (1/2)

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Charles Sannat Modifié le 23 juillet 2012 à 12h50

Quelle fin de semaine, quel weekend chargé d’informations toutes plus positives les unes que les autres comme vous pouvez l’imaginer.

Commençons par notre pays, dans lequel l’usage du mot « rigueur » a été prohibé par les plus hautes autorités de l’Etat. Le Président François Hollande, qui prend soin de notre moral (merci Monsieur le Président car, à chaque nouveau Président, il faut rivaliser de fayotage), a même précisé sa pensée à ce sujet.

« N’utilisez pas de mots douloureux, afin que les gens n’aient pas l’impression d’emprunter un chemin de croix au bout duquel se trouve le paradis. Lequel paradis ne vient jamais ». Ce qu’il faut comprendre dans tout cela, c’est qu’il y aura bien chemin de croix, d’ailleurs il est déjà commencé.

Au bout, il n’y aura pas de paradis, mais d’horribles souffrances avec, à la fin, une issue probablement fatale au système économique actuel. On peut raisonnablement penser que nos plus hautes autorités perçoivent bien la gravité d’une situation hors de contrôle. Mais jusqu’au bout on fera tout, tout, pour que les Mougeons ne se doutent de rien (l’animal hybride qu’est le citoyen épargnant et qui doit être maintenu dans un état compris entre le pigeon pour les financiers et le mouton pour l’administration).

Alors la rigueur est déjà là, mais chut, on ne vous le dira pas. On vous cachera les choses le plus longtemps possible pour que vous ayez la chance d’être ruiné avec tout le monde. Mais on préfère bien trop souvent hélas avoir tort ensemble que raison tout seul.

Moody’s abaisse la note des hôpitaux publics français.

L’agence de notation Moody’s a annoncé avoir baissé la notation des Centres Hospitaliers Régionaux Universitaires (CHRU) de France ainsi que des CHU et les a placés sous « surveillance négative » en raison de la situation financière de certains établissements. Pour Moody’s, les hôpitaux font face à des difficultés de trésorerie, à un contrôle du gouvernement sur leurs dépenses moins efficace que ce qui était prévu, et à des contraintes de plus en plus importantes concernant les transferts de fonds publics.

Les gendarmes de la Vienne priés de réduire leur budget essence.

Heureusement, la gendarmerie n’est pas encore une entreprise soumise à la notation par les agences, ce qui n’empêche pas le secteur public de devoir baisser ses dépenses sur fonds de restrictions budgétaires. On a donc appris ce week-end que les gendarmes de la Vienne ont été priés, selon la dépêche de l’agence (de presse) AFP, de réduire le budget consacré au carburant, de privilégier le covoiturage ou d’accroître les déplacements en VTT ».

La note de service écrite par le Colonel Christophe Jeanjean est un trésor de bonnes idées et de meilleures pratiques pour économiser l’argent du contribuable. Ainsi nous trouvons pèle mêle : « Il faut rentabiliser chaque déplacement et (…) rationaliser les kilomètres parcourus ». « Le covoiturage est toujours recherché. Il convient donc d’anticiper les visites médicales, afin que le déplacement concerne plusieurs militaires ». Pourquoi pas.

Je pense qu’il va falloir nommer quelques gendarmes à la gestion de la planification de l’économie d’essence et investir dans un logiciel d’optimisation de planning. En matière de prévention de la délinquance, il recommande « d’accroître les services à pied et/ou en VTT », et de « limiter les kilométrages lors de services de police de la route ». Voilà une excellente idée. Ceux qui roulent ne s’en plaindront pas. Les radars mobiles seront donc largement placés à proximité des gendarmeries elles-mêmes indiquées sur l’autoroute par des panneaux du type « prochaine sortie Gendarmerie ». Je ne vous dis pas cela pour que vous commenciez à faire n’importe quoi sur la route, mais… bon… on peut même rentrer les coordonnées GPS des dites Gendarmeries dans son système de navigation ou dans son Smartphone.

Bien sûr, il s’agit de dispositifs « d’aide et d’assistance à la conduite », on ne doit plus dire détecteurs de radars ou avertisseurs de radar. Ça c’est interdit par le politiquement correct, un peu comme le mot rigueur… Là où je trouve que cela devient vraiment intéressant, c’est lorsque le Colonel Jeanjean propose, en cas de transfert de détenu, de « privilégier le train chaque fois que possible ». Dis papa, pourquoi le Monsieur il est attaché et tenu en laisse par les gendarmes ? Ho, ne t’inquiète mon enfant, c’est juste un pédophile multirécidiviste que l’on emmène à son rendez-vous mensuel avec le Juge. Fait dodo mon bonhomme, tu ne risques rien. RI-EN. Mais bon, tout cela n’est pas grave, d’ailleurs, vous me connaissez, je suis négatif, j’ai l’esprit chagrin, je vois le mal partout et en plus, je suis pessimiste, pas comme le Colonel Guillaume Jacquet des Deux- Sèvres, pour qui il y a plein d’avantages à cette nouvelle situation : « Les patrouilles à pied ou (…) à vélo permettent de développer un contact de qualité avec la population ».

Bon, comme il dit, « j’ai dû mettre surtion). Cales des véhicules vieillissants faute de moyens pour les réparer et comme il y a moins de véhicules dans les unités, les gendarmes doivent porter une réflexion accrue sur l’utilisation rationnelle des véhicules disponibles ». Ça c’est positif vous voyez. Ce n’est pas dur quand même. Même quand vous allez en vacances à coté de détenus qui vont pouvoir s’évader plus facilement et que le 17, avant de venir vous sauver, va se demander si l’utilisation d’un véhicule va relever d’une utilisation rationnelle… « Oui, oui Madame, je comprends, on arrive, je vous envoie une patrouille en VTT »… comme quoi avouez, quand on dit que les fonctionnaires pédalent dans le yaourt (grec), ce n’est pas tout à fait faux.

Première historique, perte trimestrielle pour Microsoft.

Le géant des logiciels, le roi de l’informatique, la multinationale High Tech par excellence, a enregistré une perte de 492 millions de dollars au quatrième trimestre de son exercice. Du jamais vu depuis que le groupe est coté en bourse. Mais rassurez-vous, ce n’est pas grave, tout va bien que mieux, ce n’est qu’une petite perte de provision de rien du tout, et d’ailleurs Microsoft gagnera de l’argent sur l’exercice 2012. Ce n’est pas parce que le business model de Microsoft commence à battre de l’aile et que dans le domaine des technologies de l’information, il sera de plus en plus difficile de tenir une position de leader pendant plusieurs années W.

Vous voyez pourquoi je suis très goguenard sur Facebook et plus que dubitatif sur l’action Apple par exemple. Pour ceux qui en auraient, sortez d’Apple sur les plus hauts, c’est à dire maintenant.

Pour lire la suite de l'article, cliquez-ici

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011. Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.