Star Wars VII : Disney mise sur un casting « nostalgie » avec les héros de la trilogie originale

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 30 avril 2014 à 7h04

Il y a ceux qui l'attendent impatiemment, ceux qui vont le boycotter comme ils l'ont fait avec la prélogie et ceux qui se disent « pourquoi pas » en espérant une bonne surprise. Quelle que soit la réaction, Star Wars : Episode VII, réalisé par J.J. Abrams s'annonce comme un événement. Et le casting ne devrait pas décevoir.

Star Wars VII : un pari risqué pour Disney

Il y a deux risques économiques dans ce nouvel épisode de la saga Star Wars : d'une part c'est le premier film de la série tourné depuis le rachat de LucasFilms, la société de production de George Lucas créateur de Star Wars, par Disney pour 4 milliards de dollars ; d'autre part, J.J. Abrams, réalisateur de Star Wars VII, est également le réalisateur de la nouvelle version de Star Trek. Or, les fans des deux séries se livrent une guerre sans merci depuis des décennies pour savoir laquelle est la meilleure.

Si on ajoute à cela le fait que la prélogie, qui raconte la jeunesse de Dark Vador et dont le premier volet est sorti en 1999, a eu un accueil mitigé par les fans de la première heure (ceux qui sont restés attachés aux films de la trilogie originale sortis en 1977, 1981 et 1983), le risque de boycott des puristes est très gros.

Disney a donc décidé de mettre toutes les chances de son côté. A commencer par le budget : un « minimum de 175 millions de dollars » selon le patron... ce qui laisse présager que J.J. Abrams pourrait facilement dépasser ce plafond.

Les acteurs mythiques de Star Wars de retour

En plus d'avoir misé sur un réalisateur de Science-Fiction d'exception, J.J. Abrams, Disney a décidé de miser sur la nostalgie. Une manière de tenter de concilier les fans de la première heure avec la nouvelle version de Star Wars, tournée avec beaucoup moins de maquettes et beaucoup plus d'ordinateurs.

Pour ce faire, le groupe a donc rappelé la princesse Leia, jouée par Carrie Fisher, Luke Skywalker, incarné par Mark Hamill et le contrebandier Han Solo, qu'Harrison Ford se fera un plaisir de rejouer sur grand écran. Une tentative de garder une sorte de « suivi » dans l'histoire, les événements de Star Wars VII étant, normalement, susceptibles de se passer après l'épisode 6, Le Retour du Jedi. Va-t-on avoir droit aux aventures du (des ?) fils (filles ?) de Han Solo et Leia ? Sachant que c'est Michael Arndt, scénariste de l'Empire Contre-Attaque, qui est aux commandes, voilà qui serait tout à fait possible.

Mieux encore, même les acteurs moins connus ayant incarné le droïde C3-PO, R2D2 et Chewbacca sont de retour.

Des gains annoncés comme satisfaisants

Si J.J. Abrams, fan également de Star Wars, a déclaré que « C'est à la fois palpitant et surréaliste de voir la distribution d'acteurs adorés originale et les nouveaux brillants interprètes réunis pour faire revivre ce monde, une fois de plus », pour Disney c'est surtout une question de business.

Bien avant l'annonce de ce casting, dévoilé ce mardi 29 avril 2014, un analyste du redit Suisse, Michael Senno, avait estimé que le potentiel de gains de ce nouveau Star Wars était de 1,2 milliard de dollars. En faisant jouer la nostalgie, ce montant pourrait léviter. Au moins pour le premier volet de cette nouvelle trilogie que nombre de fans de la première heure pourraient aller voir pour le seul plaisir de revoir Harrison Ford, Carrie Fisher et Mark Hamill dans les rôles qui leur collent le plus à la peau (c'est surtout vrai pour Carrie Fisher et Mark Hamill, Harrison Ford ayant tourné bien d'autres personnages mythiques comme Indiana Jones ou encore le président des Etats-Unis dans Air Force One).

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio