Taxe européenne sur le numérique : la « colère froide » de Bruno Le Maire

Par Olivier Sancerre Modifié le 28 avril 2018 à 23h03
Gafa Taxe Europe Colere 1
750 MILLIONSLa taxe vise les entreprises dont le chiffre d'affaires annuel dépasse 750 millions d'euros dans le monde et 50 millions d'euros en Europe.

La taxe européenne sur les grandes entreprises du numérique verra-t-elle le jour ? On peut en douter, au vu des craintes exprimées par plusieurs États membres. Bruno Le Maire a fait part de sa « colère froide ».

La Commission européenne veut taxer les entreprises du numérique qui tirent sur les ficelles de l'optimisation fiscale à hauteur de 3% de leur chiffre d'affaire. Une solution de court terme, avant qu'une proposition pérenne ne soit débattue et mise en place, permettant aux pays de l'Union européenne de taxer de manière juste les grandes sociétés qui exercent une activité en Europe. La France espère que cette taxe de 3% sera adoptée au début de l'année prochaine, avant les élections européennes donc.

Plusieurs pays en retrait

Malheureusement pour Paris, cela semble mal parti. Durant une réunion des ministres européens des Finances, plusieurs pays ont fait part de leur réticence, à commencer par les États membres qui ont en place une fiscalité avantageuse : c'est le cas pour Malte, le Luxembourg et l'Irlande ; ils ont été rejoint par la Suède, la Finlande, le Danemark et le Royaume-Uni, qui était pourtant partisan de cette solution. L'Allemagne aussi ne montre pas beaucoup d'empressement à la mise en œuvre de cette taxe, évoquant simplement une « grande question morale ». Le Luxembourg a mis en avant le danger d'une compétitivité européenne dégradée et mise plutôt sur des discussions avec les États-Unis.

Démonstration de force

Bruno Le Maire, qui a été le dernier à s'exprimer à la fin de cette réunion, a relevé les Américains ne respecteront que les « démonstrations de force ». « Si vous voulez allez jusqu'aux élections européennes l'an prochain avec le message "nous avons beaucoup parlé, beaucoup débattu, mais pris aucune décision" bonne chance ! ». Le projet de taxation des entreprises du numérique est porté par la Commission européenne ainsi que l'exécutif français et tout particulièrement Emmanuel Macron. Ne pas la mettre en place (il faut obtenir l'unanimité des pays membres) serait un camouflet…

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.