Téléchargement illégal : sanction de 2 millions d’euros pour le fondateur français d’un site pirate

Par Olivier Sancerre Modifié le 23 février 2015 à 7h01
Shutterstock 226276627
3 MILLIONSEn deux ans, gks.gs a permis de télécharger illégalement trois millions de fichiers.

Après un certain laisser-faire, la justice a décidé de frapper contre les créateurs de sites web hébergeant des fichiers illégaux. Le tribunal correctionnel de La Rochelle a ainsi condamné à une lourde peine un tel contrevenant.

Six mois de prison ferme et surtout, deux millions d’euros à verser aux studios américains, principales victimes : telle est la peine décidée par le tribunal de La Rochelle contre un créateur de site web de 28 ans résident de Rochefort.

Du piratage qui coûte cher

Ce dernier a été reconnu coupable de « mise à disposition du public de logiciel manifestement destiné à la mise à disposition d'œuvres protégées ». Dans le détail, il devra verser plus de 220 000 euros à Paramount, 242 000 euros à Disney, 470 000 euros à Warner Bros…

Les studios américains de production ne sont pas les seuls à avoir obtenu réparation. la Sacem (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique) recevra aussi plus de 560 000 euros en dommages et intérêts. L’auteur du site, gks.gs, mettait à disposition de chacun des fichiers illégaux à télécharger.

Un pirate réfugié à l’étranger

En tout et pour tout, le site de ce dernier a permis le téléchargement illégal de 242 000 films, plus de 2 000 albums musicaux et des centaines de concerts. Pendant la durée de vie du site (de janvier 2012 à avril 2014), ce sont trois millions de téléchargements qui ont été opérés.

gks.gs aura-t-il les moyens de verser ces fortes amendes ? Sans doute : après tout, il a bien profité de son activité illégale, en récupérant le fruit des publicités en ligne et des dons des internautes. Malheureusement pour la justice et les victimes, il vit actuellement à Budapest et n’a aucune intention de revenir en France.

Réfugié à l'étranger, le contrevenant a été condamné à une lourde peine.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.