Téléphonie mobile : Après SFR, Numericable propose de racheter Bouygues Telecom

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 21 novembre 2014 à 5h37

Avoir avalé tout cru l'opérateur SFR ne semble pas avoir rassasié Altice, maison-mère de Numericable. Jeudi 20 novembre 2014, en marge d'une conférence sur les télécoms qui se tenait à Barcelone, le groupe luxembourgeois créé par Patrick Drahi a déclaré qu'un rachat de Bouygues Telecom n'était pas impossible.

Bon, après faudrait voir ce qu'en pense l'Autorité de la Concurrence.

Numericable qui rachète Bouygues ?

Numericable ne serait donc pas fermée à un rachat de Bouygues Telecom. Une annonce-choc lorsque l'on pense que Numericable a gagné la bataille pour remporter SFR contre, justement, Bouygues, qui espérait absorber SFR pour tenter de se sortir de la crise qui le frappe.

Après lui avoir enlevé sa possibilité de rebondir, voilà que le câblo-opérateur se propose de sauver le groupe de Martin Bouygues. Se propose... disons qu'elle ne dirait pas non. Mais voilà, c'est pas gagné d'avance. A commencer par le fait que Bouygues n'a pas réellement l'intention de se vendre de sitôt. D'ailleurs, le groupe a revu son offre pour la rendre plus claire, même si plus chère, afin de reconquérir des parts de marché.

Pourtant, Dexter Goei, directeur de la holding luxembourgeoise de Patrick Drahi, l'a bien déclaré : « A l'heure actuelle, nous sommes en train d'intégrer SFR, mais si nous recevons un appel de Bouygues vendredi, alors pourquoi pas ? » y a-t-il anguille sous roche ou fait-il juste des suppositions ?

Un retour à trois opérateurs ?

Dexter Goei a beau dire qu'Altice se verrait bien racheter Bouygues Telecom, l'idée risque de ne pas plaire. Car si Numericable a pu racheter SFR c'est surtout car le nombre d'opérateurs ne s'est pas réduit.

Numericable est un opérateur fixe tandis que SFR est un opérateur mobile. L'Autorité de la Concurrence n'y a donc pas vu de grands problèmes, même si la fusion a été soumise à diverses conditions parmi lesquelles l'obligation pour Numericable de mutualiser son réseau fibre optique.

Mais maintenant que Numericable est un opérateur global, tout rachat entraînerait la réduction du nombre d'opérateurs de téléphonie de quatre à trois. Et là, les choses risquent de moins bien se passer même si certains membres du gouvernement ne sont pas contre.

C'est donc un beau rêve, que celui d'Altice, mais il a peu de chances de se concrétiser.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio