Le wingfoil, le dernier né des sports de glisse

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Partenaire Modifié le 29 mars 2022 à 22h35
Wingfoil Dernier Ne Sports De Glisse

Le wingfoil est un sport nautique combinant une planche, un foil et une aile gonflable, la wing. L’objectif est de voler au-dessus de l’eau. C’est une variante du kitesurf, devenue très populaire ces dernières années.

Qu’est-ce que le wingfoil ?

Le wingfoil, aussi appelé wingsurf, est la dernière tendance sportive populaire sur l’eau. Il concurrence le windsurf, le kitesurf et le stand up paddle. Véritable surf à voile, il fait jouer avec le vent pour éprouver une sensation de liberté et de vitesse.

Le wingsurfer tient en main une voile gonflable grâce à un mini-wishbone, comme en planche à voile, ou des poignées et un leash. Accroché au poignet, le leash évite de perdre l’aile en cas de chute. La planche est équipée d’un foil, fixé sous la planche : il comprend un mât, un fuselage, une aile avant et une aile arrière (le stabilisateur). Le mât est perpendiculairement attaché sous la planche et les ailes sont parallèles à la planche. Grâce à lui, la planche évite le frottement avec l’eau. On vole au-dessus de la surface, même quand il y a peu de vent. Les pieds du wingsurfer sont fixés à la planche par des footstraps, pour rester plus longtemps en l’air lors d’un saut.

Pour se lancer en wingfoil, il faut se procurer un équipement de qualité dans un surf shop, comme Welcome Surf Shop.

Émergence du wingsurf dans les années 80

Le wingsurf est né dans les années 80 mais il ne devient réellement populaire qu’en 2019. Entre temps, c’est l’échec : inspiré du vol des mouettes et du deltaplane, la première aile est rigide et pivotante, mais ne convainc pas. Après plusieurs évolutions, dont l’apparition des ailes gonflables, plus légères et compactes et surtout l’addition du foil qui compense le manque de puissance des ailes, Duotone lance la première aile de wingsurf en 2019. C’est l’impulsion qui lui manquait pour que les riders adoptent le wingfoil.

Bien choisir son équipement de wingfoil

Sport technique, le wingfoil prend en compte différents critères qui influencent le choix de la planche, de l’aile et du foil :

• la planche doit être stable. Le poids de la personne influe sur le choix de la planche : elle doit peser entre 25 et 30 litres de plus que votre poids. Mais pour débuter, mieux vaut qu’elle ait entre 120 et 130 litres pour être plus stable. Les planches rigides sont sportives. Les gonflables sont idéales pour voyager ;

• la capacité à rider dans toutes les conditions de vent et le poids du wingsurfer guident le choix d’une aile. Plus le vent est fort, plus la surface de l’aile doit être petite. La voile gonflable, facile à transporter et à gonfler, peut mesurer entre 2 et 7.5m² ;

• le choix du foil sera différent selon qu’on surfe, qu’on cherche la vitesse ou le freeride. Il existe de nombreux modèles de foils avec différentes tailles ou spécifiquement étudiés pour les différents sports nautiques ;

Enfin, pour une session avec 100 % de plaisir, s’équiper d’une bonne combinaison en néoprène est essentiel : elle doit être adaptée à sa taille, son gabarit, la température extérieure et de l’eau pour avoir bien chaud lors des chutes, si on essaie le wingfoil en eaux froides.

Comment débuter en wingfoil ?

Un premier conseil : faire confiance à une école pour apprendre la base du wingsurf, surtout quand on est novice en sports nautiques. C’est le meilleur moyen de s’initier à la pratique pour s’assurer qu’on l’apprécie avant d’investir dans du matériel technique. Il existe des écoles sur toutes les façades maritimes en France, que l’on habite sur la côte atlantique, méditerranéenne, la mer du Nord ou la Manche.

Quand on débute, on préfère une mer calme, sans houle, pour éviter d’être souvent déséquilibré, avec un vent entre 10 et 20 nœuds environ, soit entre 20 et 40 km/h. Le spot sera de préférence sans algues ou autres objets flottant à la surface pour éviter de gêner le foil. Attention à ne pas être entraîné trop loin de la côte : le spot idéal permet de revenir facilement vers le bord. La profondeur d’eau doit être suffisante pour utiliser le foil sans toucher le fond pour éviter la chute.

L’objectif est d’utiliser sa position sur la planche pour prendre de la vitesse grâce à l’aile. Il faut se concentrer sur le maniement de l’aile, qu’on tient en l’air au-dessus de soi et profiter de la poussée du vent. On démarre à genoux en se positionnant au milieu de la planche pour plus d’équilibre, puis en levant progressivement la jambe avant puis arrière, et en pompant pour prendre de la vitesse. Astuce : on peut apprendre à manier la wing sur la plage avant d’aller à l’eau.

Maintenant, c’est à vous d’essayer…