Amazon : jusqu'à 1.000 euros de prime pour les salariés et livreurs

88,91 MILLIARDS
Amazon a enregistré un chiffre d'affaires de 88,91 milliards de
dollars au deuxième trimestre.

Après des tensions sociales durant le confinement, Amazon France apaise le climat social en versant une prime à ses salariés et ses livreurs, qui peut aller jusqu'à 1.000 euros.

Alors que la crise sanitaire frappait au plus fort, Amazon France avait décidé de fermer temporairement ses entrepôts. C'était la réponse de l'entreprise à des décisions de justice qui exigeait du géant du commerce en ligne de répondre aux craintes des syndicats concernant la sécurité sanitaire des employés. Le climat social s'est amélioré après la signature d'un accord collectif qui fait suite à des négociations entre la direction et les organisations syndicales représentatives de la branche française. En vertu de cet accord, Amazon va verser une prime de 500 à 1.000 euros à ses employés ainsi qu'à ses livreurs, qui ont été en première ligne durant le confinement.

Engagement des salariés

Selon le communiqué d'Amazon, cette prime vise à reconnaître « l'engagement remarquable de toutes nos équipes opérationnelles, qui ont été en première ligne pour les clients pendant la crise mondiale que nous avons traversée ». Les agents d’exploitation logistique qui préparent les commandes, tout comme les partenaires qui livrent les commandes au client seront concernés par le versement de ce bonus. Dans le détail, les salariés en contrat à durée indéterminée et en intérim toucheront l'aide, sans condition d'ancienneté. Pour les salariés à temps partiel, c'est un prorata qui sera appliqué. Les quelque 3.400 livreurs travaillant sur le dernier kilomètre en bénéficieront également.

Tous les salariés concernés

Pour cette aide, Amazon France va profiter de la possibilité offerte par le dispositif dit de la « prime Macron ». Le gouvernement a reconduit cette mesure cette année (elle avait été mise en place après le mouvement des « gilets jaunes »), avec une date limite de versement fixée au 31 décembre. Il s'agit pour les pouvoirs publics de pousser les employeurs à récompenser les salariés qui ont dû travailler pendant la crise sanitaire.


A découvrir