Banque de France : une contraction de l'économie moins forte que prévu

8,7 %
La contraction de l'économie devrait finalement s'établir à -8,7% en
2020.

L'économie française va souffrir en 2020, mais un peu moins que prévu. La Banque de France se veut désormais un peu plus optimiste, même s'il ne faudra pas s'attendre à un miracle.

Dans ses dernières prévisions macroéconomiques, la Banque de France prévoit une contraction du produit intérieur brut de 8,7% pour cette année. C'est un chiffre énorme, signe de l'impact dévastateur de l'épidémie de coronavirus sur l'économie française. Mais il est moins élevé qu'annoncé précédemment par l'institution monétaire, qui tablait auparavant sur une hypothèse de -10,3% en 2020. La Banque de France rejoint l'Insee dans ses prévisions, ce dernier ayant récemment réévalué la perte de PIB à 9%. Quant au gouvernement, il campe sur son hypothèse de -11%, mais Bercy devrait revoir le chiffre sous peu. Selon la BdF, le choc du deuxième trimestre, autrement dit le trimestre du confinement, a été « moins important que prévu ».

Rebond « plus fort »

Le rebond suggéré dans les enquêtes de conjoncture des derniers mois est « plus fort », selon la Banque de France. Plusieurs secteurs d'activité ont mieux résisté qu'anticipé par les chefs d'entreprises au début de l'été, dans l'automobile, l'hébergement, la restauration ou encore dans le bâtiment. Les investissements des entreprises et la consommation des ménages ont également montré des signes forts de rebond. Au troisième trimestre, la croissance de l'économie française devrait s'établir à 16%, contre -13,8% au deuxième trimestre. À la fin de l'année, la perte d'activité s'établira entre -3,5% et -4% par rapport à avant la crise sanitaire.

Un chômage à 11,1%

En ce qui concerne 2021 et 2022, la Banque de France voit une reprise très forte de la croissance avec +7,4% pour l'année prochaine, et +3% en 2022. L'économie française retrouvera son niveau d'avant le déclenchement de l'épisode épidémique début 2022, alors qu'elle prévoyait ce retour mi-2022 auparavant. Le chômage va se creuser avec 800.000 suppressions d'emplois cette année (soit un taux de chômage de 11,1% en 2021). Ensuite, l'économie tricolore devrait créer « plus de 700.000 emplois » en 2021 et 2022. Il va donc falloir faire le dos rond en espérant des jours meilleurs…


A découvrir