Économie : pas de retour à la normale avant deux ans selon la BCE

750 MILLIARDS €
La BCE devrait débloquer près de 750 milliards d'euros pour faire face
à la crise de la Covid-19.

La crise de la Covid-19 aura bien un impact sur l’économie européenne qui va durer quelques années : une thèse soutenue par les gouvernements et les spécialistes, et désormais confirmée par le chef économiste de la Banque Centrale Européenne, Philip Lane, dans un entretien accordé au journal Les Echos et également disponible sur le site officiel de l’institution.

L’hypothèse d’une vaccination massive en 2021

Si les premiers vaccins pourraient arriver en Europe dès la fin de l’année 2020, impossible pour les gouvernements d’organiser une campagne de vaccination massive en un temps record. La BCE table donc sur une distribution du vaccin « dans le courant de l’an prochain », a déclaré Philip Lane. Et, pour lui, c’est la condition sinequanone pour que l’économie reprenne des couleurs après l’annus horribilis qu’aura été 2020. « Tant que le vaccin n’est pas massivement distribué, nous resterons dans une période d’incertitude ».

Le début de l’année 2021 sera donc aussi incertain que l’aura été l’ensemble de l’année 2020, probablement avec des mesures de lutte drastique qui seront prises sporadiquement, en fonction de la circulation du virus. Certains gouvernements craignent déjà une « troisième vague » qui suivrait l’allègement des mesures de sécurité sanitaire de la fin de l’année, notamment pour permettre la réouverture des commerces ou encore les fêtes de fin d’année.

Un retour à la normale à l’automne 2022

Ces perspectives, souligne Philip Lane aux Echos, ne permettront pas au PIB de l’Union européenne d’aller mieux très rapidement. « Le vaccin apporte surtout une perspective pour la fin de l’année prochaine et pour 2022, pas pour les six prochains mois », raison pour laquelle il ne s’attend pas à un crise résolue avant la fin de l’année 2022.

« Le PIB ne retrouvera pas le niveau de 2019 avant l’automne 2022. Il y aura des effets de long terme, par exemple sur la confiance et l’épargne, sur le retour au travail. Malgré le vaccin, il y aura des dommages durables. L’économie européenne sortira de cette crise durablement affaiblie ».


A découvrir