Energie : les tarifs réglementés n'ont plus la cote

50 %
Près de 50 % des contrats de gaz en France ne bénéficie plus des
tarifs réglementés.

Le marché de l’énergie en France s’est fortement ouvert à la concurrence depuis quelques années, très précisément depuis 2007. Les nouveaux fournisseurs offrent, à grands coups de publicité, des tarifs moins élevés que les tarifs réglementés d’Engie et EDF : si les Français ont eu un peu de mal à les adopter, c’est désormais chose faite.

De plus en plus de ménages optent pour les tarifs réglementés

Le constat de la CRE (Commission de Régulation de l’Energie) qui est en charge, entre autre, de revoir chaque mois le pris de l’énergie pour les tarifs réglementés appliqués par Engie et EDF, est sans appel : les ménages optent de plus en plus pour des offres dites « de marché ».

Il semblerait que les ménages, désireux de faire des économies, soient de plus en plus convaincus : sur les trois premiers mois de l’année 2017, pas moins de 318 000 particuliers ont quitté les tarifs réglementés pour l’électricité et 217 000 ceux du gaz. Une mauvaise nouvelle pour les deux énergéticiens publics qui doivent trouver comment freiner l’hémorragie.

Une première technique a consisté, pour EDF et Engie, de proposer également des offres de marché, ce qui leur a permis de capter une part de ces clients.

Les offres de marché représentent plus de 15 % du marché

Désormais, selon la CRE, 15,1 % des ménages ont une offre de marché pour leur électricité. Ça représente 4,88 millions de contrats sur les 32,1 millions de France. Or, pour ce qui est de EDF, la tendance est à la fuite puisque seuls 30 000 contrats concernent des offres de marché EDF, 4,855 de contrats ont été ouverts chez des fournisseurs alternatifs.

Pour Engie, la situation est un peu différente : si près d’un contrat de gaz sur deux (5,27 millions sur 10,6 millions) ne bénéficie plus des tarifs réglementés sur le gaz, le groupe a réussi à capter près de la moitié des offres de marché demandées par les clients. Il reste que près de 25 % du marché total du gaz est désormais dans les mains de fournisseurs alternatifs.


A découvrir


Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.

 

Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio