France et zone euro : les risques de récession augmentent

9,1
Depuis le début 2018, l'indice Markit PMI de la production
industrielle et du PIB a chuté de 9,1 points et se situe désormais sur
un plancher depuis septembre 2016.

Même si nous le pressentions depuis quelques semaines et l’écrivions d’ailleurs dans notre « Humeur » de la semaine dernière, la nouvelle reste triste à annoncer : en décembre, les indices Markit des directeurs d’achat ont fait état d’une baisse de l’activité en France, tant dans l’industrie que dans les services.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : en décembre, l’indice Markit PMI dans l’industrie a reculé de 1,1 point, passant sous la barre des 50 (qui, rappelons-le représente la frontière entre la hausse et la baisse de l’activité), à 49,7 précisément. Depuis le début 2018, cet indicateur avancé de la production industrielle et du PIB a chuté de 9,1 points et se situe désormais sur un plancher depuis septembre 2016.

Mais il y a encore pire. En effet, l’indice PMI dans les services s’est effondré de 5,5 points sur le seul mois de décembre, tombant à 49,6. Depuis son précédent sommet de novembre 2017, cet indicateur subit un plongeon de 10,8 points et se situe dorénavant sur un plus bas depuis février 2016.

Même si cette dégringolade s’explique principalement par les blocages engendrés par les dérapages du mouvement des « gilets jaunes » et s’il ne faut donc pas tirer de conclusions hâtives, il est clair que l’économie française est en danger.

Voici le fichier pdf :

EconomicWorld171218

L’économie française risque de tomber en récession.

Pour visualiser le graphique, merci de consulter le fichier pdf

Sources : INSEE, Markit, ACDEFI

Comme le montre le graphique ci-dessus, la corrélation entre les indices PMI et le glissement annuel du PIB français indique que ce dernier pourrait rapidement tomber en territoire négatif.

En d’autres termes, il est clair que si les blocages continuent, la France va inévitablement connaître une baisse de son PIB au quatrième trimestre 2018 et peut-être même sombrer dans une nouvelle récession.

Le drame est que cet accès de faiblesse de l’économie française a déjà des conséquences sur l’ensemble de la zone euro. Ainsi, en décembre, les indices Markit PMI des directeurs d’achat de la zone euro ont reculé de 0,4 point dans l’industrie et de 2 points dans les services.

Avec des niveaux de 51,4 dans les deux cas, ils restent certes au-dessus de la frontière avec le recul de l’activité, mais s’en rapprochent dangereusement.

Zone euro : la récession se rapproche.

Pour visualiser le graphique, merci de consulter le fichier pdf

Sources : Eurostat, Markit, ACDEFI

Depuis le début d’année 2018, la chute subie par ces indicateurs avancés de l’activité eurolandaise est presqu’autant vertigineuse qu’en France : – 9,2 points dans l’industrie et – 6,6 points dans les services.

Vers une croissance zéro début 2019.

Pour visualiser le graphique, merci de consulter le fichier pdf

Sources : Eurostat, Markit, ACDEFI

Quant à l’indice composite de l’enquête Markit dans la zone euro, il chute de 7,5 points depuis le début 2018. Il atteint désormais 51,3, un plus bas depuis novembre 2014. Comme le montre le graphique ci-avant, cette régression montre que le glissement annuel du PIB de l’UEM pourrait rapidement atteindre le zéro pointé.

Et ce n’est malheureusement pas tout. En effet, en parallèle des indicateurs Markit, les enquêtes Sentix et ZEW ont également confirmé les tristes perspectives de l’activité dans la zone euro. Et pour cause : après avoir déjà baissé de 5,9 points au cours des trois derniers mois, l’indice Sentix de confiance des investisseurs dans la zone euro en a encore perdus 9,1 en décembre. Depuis janvier 2018, son effondrement atteint 33,2 points. Une chute jamais vue depuis 2011.

Zone euro : l’indice Sentix au plus bas depuis décembre 2014.

Pour visualiser le graphique, merci de consulter le fichier pdf

Sources : Eurostat, Sentix, ACDEFI

En tombant à – 0,3 en décembre, il atteint un plancher depuis décembre 2014 et montre que le glissement annuel du PIB de la zone euro pourrait devenir négatif d’ici le printemps 2019. Et même si l’indice ZEW relatif aux perspectives d’activité dans la zone euro a gagné un petit point en décembre, avec un niveau de – 22, il confirme que la croissance eurolandaise est sur une pente particulièrement dangereuse.

L’indice ZEW confirme également le plongeon à venir.

Pour visualiser le graphique, merci de consulter le fichier pdf

Sources : Eurostat, ZEW, ACDEFI

Enfin, même si la sanction y est un peu moins sévère, l’économie allemande continue également de souffrir. En décembre, les indices Markit PMI des directeurs d’achat ont reculé de 0,3 point dans l’industrie et 0,8 point dans les services. Avec des niveaux de respectivement 51,5 et 52,3, ils atteignent des plus bas depuis mars 2016 et septembre 2016. Ils montrent que le glissement annuel du PIB allemand va continuer de s’affaisser au cours des prochains trimestres.

L’économie allemande continue également de souffrir.

Pour visualiser le graphique, merci de consulter le fichier pdf

Sources : Destatis, Markit, ACDEFI

En conclusion, après l’Italie, qui est déjà entrée dans sa troisième récession en dix ans, la France est sur le point de la suivre. Ce qui, le cas échéant, ne manquera pas d’entraîner l’ensemble de la zone euro dans cette triste situation. Bon courage !

Article écrit par Marc Touati ici


A découvrir