Assurance auto et habitation : la hausse pour 2018 se confirme

2 %
L'assurance automobile devrait augmenter en moyenne de 2% en 2018.

Elle était prévue, notamment depuis que le cabinet Facts & Figures avait dévoilé ses estimations, mais il y avait encore une chance pour que les assureurs ne créent la surprise. Elle ne sera pas au rendez-vous : la hausse des contrats d’assurance automobile et habitation va bien avoir lieu en France en 2018. La Maif a dévoilé les siennes, les autres assureurs devraient suivre.

L’assurance habitation grimpe de 1,2 % à la Maif

Ce n’est que le premier de l’ensemble des assureurs qui devraient procéder à des hausses de tarifs : la Maif a dévoilé les siennes pour l’année 2018. Ses clients vont devoir s’attendre à payer plus cher leur assurance habitation ainsi que leur assurance automobile, deux assurances qui sont obligatoires en France et qui sont donc des dépenses que les Français ne peuvent éviter.

Dans son édition d’octobre du magazine adressé à ses clients, le Maif Social Club, l’assureur dévoile que l’assurance habitation va augmenter de 1,2 % en moyenne en 2018 ; mais ce sont les automobilistes qui ont la plus mauvaise surprise : l’assurance automobile va grimper de 2 %. Une hausse largement supérieure à l’inflation.

Des hausses cohérentes avec les estimations

Si les clients de la Maif devront payer plus cher, l’assureur n’a pas réalisé des hausses inédites : selon Facts & Figures l’augmentation des prix devrait être comprise entre 2 et 3 % pour les assurances auto et entre 1 et 2 % pour les assurances habitation.

Les raisons sont simples : l’augmentation des réparations et donc des versements pour les dommages. L’assurance habitation a dû couvrir les dégâts connus en 2016 et 2017 : grêle ou encore sécheresse. Pour ne pas tomber dans le rouge les assureurs sont donc contraints d’augmenter les tarifs. Et il est évident que les intempéries de 2017, notamment les cyclones qui ont balayé les Caraïbes, ne devraient pas inverser la donne en 2019.

Côté assurance automobile, c’est la même explication : hausse du nombre d’accidents et réparations de plus en plus chères augmentent les frais des assureurs qui les répercutent en partie sur les clients.


A découvrir


Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.

 

Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio