France : les prix immobiliers se stabilisent

220 000 euros
Le prix de vente moyen se stabilise autour de 220 000 euros au premier
trimestre 2018.

Les prix de l’immobilier ancien continuent d’augmenter. Après l’effritement de l’offre dans la capitale, le phénomène gagne la province. C’est ce que révèle le bilan du premier semestre 2018 du réseau Guy Hoquet.

Prix moyen d’une transaction immobilière, toutes régions confondues : 220 000 euros

Les prix au m² au national ont augmenté de 1,2 %, désormais à 2 545 euros en moyenne, sur une fourchette de 0,7 % pour la province et 6,8 % pour Paris. Le prix de vente moyen, quant à lui, a légèrement augmenté de 0,5 % entre le premier semestre 2018 et le même laps de temps en 2017 et se situe actuellement aux alentours de 220 000 euros. La superficie moyenne est de 86,8 m² sur les six premiers mois de 2018.

Mais une baisse importante de la demande est constatée : 12,5 % de moins de mandats de vente par rapport au premier semestre 2017. Ce qui laisse « fort à parier que cette situation ne durera pas. », estiment les auteurs de l’étude. Les Français ayant un budget stable ne se sont pas laissé tenter par ce marché qui leur était favorable. « Ils ne se sont pas précipités puisque nous constatons un allongement du délai de vente de 2 jours, en comparaison avec la première partie de l’année 2017, portant ce marqueur à 89 jours en moyenne » analyse Fabrice Abraham, Directeur Général de Guy Hoquet.

Paris : les prix ont progressé de 6,8 % sur un an

À Paris, le prix de vente moyen est monté à 473 598 euros, contre 451 200 euros au premier trimestre 2018. Le prix du m² a gonflé de 6,8 % (9 510 euros) entre le premier semestre 2018 et la première partie de 2017. Malgré l’augmentation des prix, on constate que la superficie moyenne reste stable à 49,8 m² (+0,5 m2 S1 2018 face au 1er semestre 2017). Mais selon Fabrice Abraham, le marché de l’immobilier parisien se rapproche du « point de rupture », à cause du grand déséquilibre entre l’offre et la demande. « Nous enregistrons une baisse des mandats de vente de 19 %, un constat sans précédent sur ce marché de la capitale » avertit Fabrice Abraham. Le marché francilien est quant à lui est impacté par le marché parisien, on constate une hausse des prix de 2,2% entre le premier semestre 2017 et 2018.

En province, les prix restent bas comparés à Paris mais grimpent vite

La province est un marché beaucoup plus attrayant pour les personnes voulant acheter, comparé à Paris c’est un autre monde. Il y a une grande différence avec la capitale, le prix moyen du m² est de 1 923 euros au premier semestre 2018, soit presque 80 % moins cher qu’à Paris. En raison du prix des m² moins important que sur la capitale le prix, la surface moyenne d’achat est aussi plus élevée que sur la région parisienne, 97 m2 et pour un prix moyen atteignant les 186 531€ environ.

Certaines grandes villes de province ont pu profiter de ce climat idéal et sont désormais victimes de leur succès. À Bordeaux par exemple, une explosion des prix est constatée en 2017, 17 % en cumulé. Cependant, les prix au m² se sont stabilisés à 4 050 euros, et n’ont augmenté que de 0,1 % par rapport au premier semestre 2017. Le budget moyen a diminué de 3,3 %, passant à 297 270 euros actuellement. La superficie moyenne est quant à elle passée de 73,4 m² au premier semestre 2017 à 76 m² au premier semestre 2018.

Une ville semble avoir profité de ces hausses des prix pour « rééquilibrer ses prix » entre la première partie 2017 et la même période sur 2018, il s’agit de Lyon. Le prix au m² y augmente de 8 %, il est désormais à 3 950 euros. Le prix de vente moyen subit aussi une hausse, de 12,7 %, et se situe actuellement à 270 180 euros. Même constat pour la surface moyenne qui passe à 68,4 m² contre 66 m² au premier trimestre 2017.


A découvrir