En France, 7 personnes détiennent plus que les 30% les plus pauvres

10800 MILLIARDS $
Le travail non rémunéré des femmes dans le monde représenterait 10.800
milliards de dollars par an.

L’ONG Oxfam, qui décrie régulièrement les inégalités de richesse dans le monde, a une nouvelle fois dévoilé ses statistiques et son étude. Une publication dont la date n’est pas anodine : le forum de Davos, où se réunissent les grandes fortunes et les politiques du monde entier, se tient cette année 2020 du 21 au 24 janvier. Or, selon Oxfam, c’est simple : rien n’a changé et les très riches accaparent toujours la grande majorité de la richesse mondiale.

Les inégalités en France toujours autant présentes

L’ONG Oxfam a une nouvelle fois fait ses calculs en se basant sur les dernières données disponibles issues de l’annuel Global Wealth Databook de la banque Crédit Suisse. Pour la France, c’est simple : les 10% les plus riches détiennent toujours 50% des richesses du pays. Rien n’a changé, en 2019, bien au contraire : Bernard Arnault, première fortune française, a vu sa richesse exploser au point d’arriver sur le podium des milliardaires au niveau mondial.

D’ailleurs, Oxfam fait un calcul amusant au sujet de la fortune du milliardaire à la tête du groupe LVMH. « Si quelqu’un avait pu économiser l’équivalent de 8.000 euros par jour depuis la prise de la Bastille (14 juillet 1789), il n’arriverait aujourd’hui qu’à 1% de la fortune de Bernard Arnault » écrit l’ONG dans son communiqué. Pour rappel, le SMIC en 2019 est de 1.521 euros… 8.000 euros représentent donc 5,2 smic… par jour.

Mais Oxfam va plus loin : en ne prenant que les 7 personnes les plus riches de France, l’ONG estime qu’elles détiennent autant de richesse que les 30% les plus pauvres de l’Hexagone. Soit… 20 millions de personnes.

Les riches toujours plus riches au niveau mondial

Si la France est en proie aux inégalités, dans le reste du monde ce n’est guère mieux. Comme depuis plusieurs années, selon Oxfam les 1% les plus riches ont un patrimoine supérieur à celui des 90% les plus pauvres. Sauf qu’en 2019 l’écart semble s’être creusé : désormais le patrimoine des 1% les plus riches est supérieur à 2 fois celui des 92% les plus pauvres. Et si on ne prend que les milliardaires, soit 2.153 personnes, ils détiennent plus que les 4,6 milliards de personnes les plus pauvres.

Ce sont surtout les femmes qui sont les grandes perdantes : non seulement les hommes ont une richesse 50% supérieure à celle des femmes, mais ces dernières, selon Oxfam et au niveau mondial, assurent 75% du travail domestique non rémunéré. Un travail estimé par l’ONG à la coquette somme de 10.800 milliards de dollars par an, soit à peu près 5 fois le PIB de la France.


A découvrir