Le vaccin contre la COVID-19 obligatoire avant de s'envoler ?

38 MILLIONS
En 2018, plus de 38 millions de vols ont été réalisés dans le monde.

Pour voyager heureux, voyageons… vacciné. C'est la réflexion en cours au sein des compagnies aériennes et des autorités du transport aérien. Qantas a annoncé qu'il sera obligatoire d'être vacciné avant de monter à bord d'un de ses avions !

Les laboratoires pharmaceutiques ont donné de bonnes nouvelles sur le front des vaccins contre la COVID-19. D'ici au printemps prochain, on peut espérer qu'il sera possible de se faire vacciner contre la maladie, ce qui ouvrira de nouveau plus franchement la possibilité de voyager en avion. Mais les compagnies aériennes ne veulent prendre aucun risque. Plusieurs d'entre elles envisagent très sérieusement d'exiger des voyageurs qu'ils soient vaccinés avant de monter à bord de leurs avions. C'est le cas de Quantas. Le PDG de la compagnie aérienne australienne, David Powell, a ainsi affirmé que les voyageurs internationaux arrivant en Australie et ceux qui quittaient le pays devaient être vaccinés. « C'est une nécessité », affirme-t-il. Et à terme, cette obligation pourrait aussi s'appliquer aux vols intérieurs.

Un passeport santé pour monter à bord

Cette réflexion est aussi celle des trois principales alliances de compagnies aériennes : Star Alliance, SkyTeam et Oneworld, qui représentent 60% du trafic aérien, réfléchissent à la mise en place d'un « passeport santé » à présenter avant d'embarquer. L'association internationale du transport aérien, l'IATA, estime de son côté que ce sera essentiel de disposer d'informations vérifiables sur l'état de santé des passagers. En revanche, d'autres compagnies comme Japan Airlines et EasyJet rejettent l'idée, selon le Financial Times. Mais jusqu'à quand ? Le secteur du transport aérien a besoin de certitudes pour reprendre une activité normale.

Un vaccin pour reprendre une activité normale

Par ailleurs, ce passeport santé pourrait accélérer la numérisation du passeport tout court, pourquoi pas sous la forme d'une application pour smartphone. Toutes les informations d'identification et de santé regroupées en un seul et même lieu : là aussi, la réflexion est en cours partout dans le monde. Et comme pour la solution de suivi des contacts développée par Apple et Google, ce nouveau type de passeport pourrait faire l'objet d'un travail en commun entre les constructeurs mobiles et les autorités pour sécuriser les données.


A découvrir