Manif pour tous : 270 000 manifestants ni frigides, ni barjots !

Dimanche 21 avril, 270 000 manifestants, "45.000 personnes dans les
rues" selon la police

(Video)Manif pour tous contre Manip pour certains : En avance Place Denfert-Rochereau, à la sortie du métro, je fus instantanément intriguée par une banderole en arabe. Voulant en avoir le cœur net, je me retrouvais  par inadvertance, accolée à une Frigide Barjot, elle-même assaillie par des journalistes et photographes. Elle me faisait de la peine à ne pas pouvoir allumer sa clope donc je lui passais ma flamme et lui touchais deux mots sur cette homophobie fantasmée pour servir la propagande du PS sans insister cependant, l'endroit manquait un peu d'intimité et Frigide n'en étais plus à la réflexion mais aux convictions ! Bref, j'étais entrée dans le vif du sujet et dégainais carnet de note et appareil photo. (Voir photos)

Le côté marrant de Frigide d'abord :


Frigide Barjot à ses bodyguards
Les flashes et cameras arrivant en masse autour de nous, la diva de la Manif Pour Tous, soucieuse de son image, se tournait vers ses bodyguards, impressionnants gros bras tout en noir. Un peu embarrassée mais avec humour et délicatesse, elle leur demandait s'ils pouvaient "s'éloigner un peu, sinon on va dire que je suis entourée d''éléments incontrôlables " !
J'ai cru comprendre qu'elle envisageait de créer un mouvement politique avec des représentants ..."Je veux présenter des candidats aux municipales..."
Le reste de ses déclarations, vous les lirez "fidèlement" retranscrites dans les journaux. Pour une fois, je m'abstiendrai de commentaires, surtout à chaud !

La manif s'ébranlait enfin. (Voir photos) Je laissais donc Frigide à son fanclub et je m'engageais docilement dans le rang. Plus loin je devais découvrir "le double effet Kiss cool" de la loi Taubira, les bons côtés de l'entêtement absurde du gouvernement :

Les communautés religieuses rassemblées dans un même élan sous une même bannière (Voir photos)

Image émouvante que ces musulmans, juifs, chrétiens dessus-dessous l'abribus, emportés par le bonheur de crier enfin, tous ensemble et sans complexe, leur conviction commune sans craindre d'être taxés d'homophobes. Plus loin encore, boulevard des Invalides les cloches de l'église Saint François Xavier, pour notre plus grande joie sonnaient à toutes volées pendant le défilé.

Nous poursuivions gaiement dans une ambiance bon enfant, croisant ici un vendeur de sifflets, ou là un ancien arborant fièrement une énorme croix de Lorraine...

"Le Temps des Cerises" (Voir photos)
Un vieux monsieur si digne, portant sa croix, restait immobile en marge de la manifestation. Tremblait-il voyant cette foule joyeuse et déterminée en pensant au Général de Gaulle et à la Libération ? Ou bien son émotion venait-elle de la destruction par le PS, des fondements de la Patrie pour lesquels il s'était battu et avait perdu tant de compagnons aimés ? Son timide sourire confirmerait la première hypothèse...
Et puis, comme Christiane Taubira qui évoque à l'Assemblée le merle moqueur du "Temps des Cerises", le célèbre chant insurrectionnel écrit en 1866, cette jeune femme avec sa pancarte "Tendez l'oreille, les merles sifflent déjà" sait-elle seulement que le nom de jeune fille de "Frigide Barjot" est Virginie MERLE ? Cela ne s'invente pas !

L'exaspération populaire s'est clairement durcie (Voir photos)
Malgré le sourire des "Miss Manif" n'attendant plus que Geneviève de Fontenay pour les départager, un ras le bol s'exprimait librement dans les rangs des manifestants. Les slogans étaient bien plus orientés que lors de la première manif du 13 janvier 2013, le Président devenant clairement la cible du courroux populaire. "Hollande, ta loi, on en veut pas", "Hollande démission", "On veut du boulot, pas du mariage homo !" "On veut des emplois, pas la loi Tau-bira." étaient les plus repris. Parmi ceux-ci, il y en a deux qui m'ont particulièrement surprise et fait plaisir. "Hollande rembourse nous Trierweiler" ou encore "Hollande fais ta déclaration ISF" (Vous comprenez ma satisfaction, si vous savez le succès de cet article "Trierweiler/Hollande : le Code Pénal justifie la plainte de Xavier Kemlin").
Ambiance potache : A chaque fois qu'on voyait un hélico tournoyer au-dessus de la foule, on lui faisait de grands signes, "Hou hou,... on est là !..." intensifiant les sifflets, huées et slogans.

Le comptage inexistant de la police (Voir photos)

Les forces de l'ordre étaient partout, ni discrètes ni agressives, présentes surtout aux intersections pour empêcher l'accès vers les ministères et l'Élysée.
Je taquinais gentiment ces agents pour prendre la température. L'un deux me confiait devant ses collègues avec un pauvre sourire et une amertume certaine "On serait mieux chez nous, au soleil"... C'était l'expression de l'inadéquation entre les ordres de Valls et la réalité du terrain, les effectifs de Notre Dame des Landes ayant été rapatriés sur la capitale afin de faire face aux dangereux agitateurs et provocateurs en ballerines et mocassins à glands (ou pas)
Cette présence massive d'uniformes devait entretenir pour les médias le fantasme d'une menace des "forces du mal" d'extrême droite. Je l'ai cherchée cette menace, je m'y étais préparée... Je n'ai rien trouvé, rien, pas l'ombre d'un crâne rasé mis à part ceux de la sécurité, par contre des biberons et des cannes en pagaille !

Une fois encore, nous étions passés par groupe de 5 ou 6, à travers une ligne d'organisateurs munis de compteurs à impulsion. Évidemment rien de tel , strictement rien côté "officiel". Alors que nous pensions être en tête de la manif avec Barjot, que nenni ! Nous avions remonté le plus rapidement possible le cortège, cherchant les premiers rangs... En vain ! Toujours plus de monde, depuis Denfert jusqu'aux Invalides, la manifestation était ininterrompue !
Sur place, par rapport à la manif du 13 janvier, on évaluait entre nous le nombre de manifestants entre 200 et 300 000 personnes. Autant dire que le chiffre annoncé de 270 000 par les organisateurs ne nous a pas du tout surpris.
Quant à celui de la préfecture, "Où sont les calculatrices ?" scandait la foule. Henri Guaino le soir même sur BFM a très bien dit qu'il fallait que le gouvernement cesse de faire passer les policiers pour des crétins ! Obliger ces hommes et ces femmes en qui nous avons confiance, à produire des images fausses pour minimiser un profond mouvement de protestation est une atteinte grave à la morale et la déontologie. Cette "raison d'État" n'a rien à voir avec la démocratie mais avec la dictature. Honte au pouvoir socialiste !  (Video : Falsification des images de la manif pour tous)

Premières arrivées sur la Place des Invalides (Voir photos)
Dans un grand moment de liesse et de partage, la foule a félicité Frigide et les organisateurs de cette journée, a redit son amitié pour les homosexuels présents, et avec eux a réaffirmé sa détermination à "ne rien lâcher, jamais" !

En résumé, nous avons participé à trois manifestations à Paris et la Défense (le fanion bleu dans les rues de Manille aux Philippines le 24 mars comptant pour du beurre) et avons constaté que si la typologie était la même (cette France discrète qui ne défile jamais), l'énergie et la détermination étaient montées de plusieurs crans depuis le coup de force du gouvernement.

Une seule réponse
- à ceux-là :Mariage pour tous Tweets contre les opposants

- à ce CGTiste de la RATP qui m'interpelle dans le RER, jaloux de ne savoir rameuter des milliers de personnes comme aux manif anti-mariage pour tous,
- à ce black qui m'engueule parce que "la France n'a pas interdit à temps l'homosexualité" et "voilà ce qui arrive, ils veulent se marier",
- à cette bobo Rive Gauche qui me harcèle me demandant "pourquoi vous manifestez puisque ça ne changera rien pour vous ?" ou "pourquoi avez-vous le drapeau tricolore en main ?"

je réponds :
Dormez en paix camarades , vous n'avez rien compris.
La France ne vous attendra pas.
La France, elle, s'est réveillée !

©Calculette pour revolte.exprimetoi.com


A découvrir