Objets connectés, et pourquoi pas les immeubles ?

50 %
60 % des cadres passent plus de 50 % de leur temps sur Internet.

Brosse à dent, brosse à cheveux, montre bien sûr, vêtement ou casque audio, pèse-personne et bracelet… nous sommes tous devenus des consommateurs digitaux, et nos objets sont maintenant connectés.

Au dernier CES à Las Vegas, grande messe IT annuelle, ces objets ont fait fureur et ont attiré tous les regards. Au-delà de l'aspect gadget – même s'il existe – cet engouement est en grande partie dû au fait que ces petits objets ont changé notre rapport au numérique. Ils enregistrent nos données, et nous transforment en « humains augmentés ». Nous sommes donc, déjà, dans le futur ! Celui dont on rêvait enfant, l'avenir version science-fiction, qui nous prédisait un monde peuplé de machines. 

Nous vivons dans un monde connecté… et pourtant nous sommes toujours les malheureuses victimes de coupures internet régulières ! Un beau paradoxe. Si ma montre partage, seule, sur ma page Facebook le nombre de kilomètres que j'ai couru aujourd'hui, je me retrouve parfois ralentie, voire complètement stoppée dans mes tâches quotidiennes, pour la simple et bonne raison que, soudain, Internet a cessé de fonctionner.

C'est un problème récurrent dans les entreprises de l'Hexagone, et au-delà. Un souci qui n'est pas insoluble, mais qui n'était simplement pas inscrit dans le spectre de réflexion des experts qui ont construit nos villes, jadis. Les principaux intéressés, les utilisateurs, découvrent le problème une fois qu'ils y sont confrontés. Parce que le web est devenu un consommable essentiel, l'oxygène de nos entreprises : quand on s'installe dans un nouveau bureau, il doit être connecté, et tout doit fonctionner.

Mais les choses ne se passent pas toujours comme prévu… et pour plusieurs raisons : d'abord parce que, comme évoqué plus haut, cette préoccupation de la connectivité est récente, bien plus récente que les immeubles dans lesquels nous travaillons. Comme les cages d'ascenseur dans l'haussmannien, le réseau est arrivé il y a peu, et les techniciens l'ont casé là où ils ont pu. Débit trop lent, capacité trop faible, ou coupures récurrentes, les problèmes recensés dans les entreprises sont nombreux.

Enfin, l'usage du web a beaucoup évolué ces dernières années. Il y a 20 ans, on échangeait un email ou deux par jour. Aujourd'hui, le web est devenu le cœur même de la vie de l'entreprise, puisqu'il permet la communication, le stockage, la sécurisation, la production, etc... Selon une étude WiredScore / IPSOS, 60 % des cadres passeraient plus de 50 % de leur temps sur Internet, et 84 % d'entre eux ont pourtant des problèmes de connexion Internet au travail. Que faites-vous quand Internet s'arrête dans votre entreprise ? Rien, le plus souvent. Vous attendez que ça se passe, et si le problème persiste, alors les salariés tentent de poursuivre leur travail au café d'en bas, ou depuis chez eux… ils perdent du temps, s'agacent, et l'entreprise perd de l'argent. Selon la même étude, 53 % des cadres estiment que les problèmes récurrents de connexion ont un impact négatif sur leur motivation et leur plaisir à travailler.

La France est devenue en quelques années un eldorado pour les start-ups. Paris se classe aujourd'hui sur la seconde marche du podium des villes européennes les plus attractives pour le développement des start-ups, juste après Londres. Ces entreprises agiles, au business model  fondé sur Internet, ont su innover pour faciliter les usages en ligne des nouveaux consommateurs connectés et leur offrir de nouveaux produits et services. Dans leur sillage, les entreprises traditionnelles ont compris tout le potentiel qu'offre Internet pour croître et prospérer. Qu'il s'agisse de renforcer la productivité des collaborateurs et donc la performance de l'ensemble de l'organisation, ou d'améliorer l'expérience client pour maximiser le chiffre d'affaires, les entreprises françaises sont en pleine transformation digitale et capitalisent sur Internet pour réussir cette mue stratégique.

Dans ce contexte, le degré de connectivité Internet des immeubles de bureaux est devenu un critère décisif pour le choix d'un environnement de travail. Les professionnels de l'immobilier de bureau ont désormais compris que la connectivité Internet - au même titre que le téléphone - est devenue un besoin essentiel qui nécessite de leur part une réponse à la hauteur des attentes des clients. À l'heure où les entreprises françaises se transforment pour répondre à leurs nouveaux enjeux et où les nouveaux modes de travail collaboratifs sont à l'honneur, l'immobilier est donc à son tour en pleine transformation pour mieux répondre aux nouveaux besoins des utilisateurs.


Tamara Brisk

Diplômée de l'Université de Chicago et d'un MBA à la Kellogg School of Management, Tamara Brisk a travaillé dans un des plus prestigieux cabinets de conseil en stratégie, Bain & Company. Passionnée par les nouvelles technologies, Tamara rejoint la start-up Front Row à San Francisco en tant que Directrice Commerciale et membre du comité exécutif, menant d'importantes levées de fonds. Entrepreneur en parallèle depuis 10 ans dans le secteur immobilier, Tamara rejoint WIredScore en 2016 en tant que Directrice Générale pour la France, apportant ainsi son expertise du marché immobilier français et son savoir-faire dans les nouvelles technologies.