Optimisation fiscale : son rôle dans la gestion de patrimoine

Pour gérer au mieux son patrimoine, les pratiques d’optimisation fiscale sont intéressantes. Mais comment fonctionnent-elles ? Permettent-elles une réduction d’impôts ?

Gestion de patrimoine : en quoi consiste l'optimisation fiscale ?

Protéger et valoriser son patrimoine personnel peut paraître abstrait. Pour faire en sorte que cette ressource soit pérenne, l’optimisation fiscale est une solution. En permettant une réduction des impôts, les pratiques d’optimisation aident les investisseurs à obtenir des bénéfices suite à leurs placements. Mais comment se met-elle en place ? Quels sont les investissements à privilégier ?

En quoi l’optimisation fiscale agit-elle sur l’imposition ?

Pour les particuliers comme pour les professionnels, l’optimisation fiscale est un moyen de réduire ses impôts. Comment y parvenir ? En repérant les subtilités des règles d’imposition pour parvenir à une diminution des charges. Pour ce faire, les pratiques d’optimisation reposent sur un point central : l’investissement. En effet, les investissements (immobiliers ou autres) génèrent des contreparties d’impôts. Autrement dit, chaque sortie d’argent en vue d’un investissement impacte positivement la charge fiscale. Au contribuable, dès lors, de trouver la contrepartie qui lui permettra de générer le plus d’avantages fiscaux.


Le plus simple pour le particulier, est de faire appel à un cabinet de gestion de patrimoine, spécialisé dans l’optimisation fiscale. Le conseiller patrimonial saura vous guider dans tous les types d’investissements possibles et vous conseiller dans vos choix.

Pour les particuliers, l’optimisation fiscale représente de réels bénéfices. Au vu des nombreuses contributions auxquelles ils se plient, alléger l’imposition grâce à une meilleure gestion fiscale est, en tout point, avantageux. En valorisant leur patrimoine, ils déduisent certains frais sur leur fiche d’imposition. Ces avantages fiscaux, entièrement légaux, sont recherchés par les contribuables qui, pour les obtenir, passent par différents moyens.

Pourquoi l’optimisation fiscale est-elle utile dans une stratégie patrimoniale ?

Si l’optimisation fiscale est utile dans la stratégie patrimoniale, c’est parce qu’elle permet de préserver et de valoriser le patrimoine. Chaque investissement, réalisé en tenant compte de l’environnement financier et familial du contribuable, est une opération pensée dans la durée. Pour l’investisseur et ses proches, optimiser la stratégie patrimoniale revient à capitaliser pour l’avenir. Ainsi, ces différentes niches fiscales engendrent des systèmes d’imposition et d’exonération favorables à toutes les personnes rattachées au patrimoine en question.

Les différentes pratiques d’optimisation fiscale

Comme mentionné plus en amont, il existe différents moyens de procéder à des investissements. D’un point de vue fiscal, la démarche est tout à fait légale et encadrée. C’est, par ailleurs, dans le but de lutter activement contre la fraude fiscale que ces dispositifs ont été mis en place. Aujourd’hui, il est donc possible de réaliser des bénéfices sans aller à contre-courant du système fiscal établi.


L’investissement immobilier : le plus répandu

La défiscalisation immobilière est, en effet, l’un des moyens privilégiés par les contribuables pour optimiser leur fiscalité. L’avantage du placement foncier ? La “facilité” des démarches. Avec un capital de départ convenable, il est possible d’investir dans une résidence principale et de la faire sienne. Une fois cet investissement terminé, d’autres placements sont avantageux : une résidence secondaire, un studio étudiant à louer…

Aujourd’hui, plusieurs lois visent à faciliter l’acquisition immobilière : la Loi Pinel, la loi Censi-Bouvard, la loi Cosse ou encore la loi Malraux sont conçues afin d’alléger les charges fiscales des investisseurs. Le déficit foncier, la Nue-Propriété ou encore le dispositif Monuments Historiques sont d’autres moyens de réaliser des économies d’impôts tout en contribuant au patrimoine personnel et/ou national.

L’investissement dans une PME : le plus avantageux pour l’ISF

Investir dans une PME s’avère être un pari judicieux si le contribuable est éligible à l’impôt sur la fortune (ISF). À l’heure actuelle, il existe plusieurs moyens pour faire des placements financiers : Investissement en direct au capital des PME, Fonds d’investissement de proximité (FIP), Fonds commun de placement dans l’innovation (FCPI), Mandat, Holding… Toutes ces mesures permettent aux entreprises en croissance de continuer à se développer et aux investisseurs de bénéficier de précieux avantages. Parmi eux, l’exonération d’impôts sur la fortune des titres souscrits est très intéressante d’un point de vue fiscal.

Le démembrement de propriété : le plus pratique pour la succession

Le démembrement de propriété consiste à partager un bien entre l’usufruitier et le nu-propriétaire. Si l’usufruitier a le droit de percevoir un loyer sur le bien en question, le nu-propriétaire doit attendre de devenir propriétaire de plein droit pour s’occuper de la gestion du bien et en tirer profit. Aussi, ce système est particulièrement utile pour simplifier les démarches de succession. De plus, il agit sur l’optimisation fiscale en ayant une incidence sur la réduction de l’ISF et sur les droits de donation.

Quant aux autres revenus exonérés (revenus assurance vie, exonération des biens professionnels, dons, pactes d’actionnaires…), ils constituent eux aussi des ressources intéressantes pour l’optimisation fiscale.

Tous ces éléments confirment l’importance des processus d’optimisation fiscale pour la gestion de patrimoine. Les versements financiers sont viables dans une stratégie qui vise à réduire les impôts.


A découvrir